Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Plusieurs centaines de personnes ont défilé ce jeudi à la mi-journée à Bordeaux comme un peu partout en France à l'appel de plusieurs syndicats (CGT, FSU, Solidaires) pour dénoncer le plan de relance gouvernemental et les plans sociaux.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

13/09/20 : A Beynac, plusieurs centaines de personnes, des dizaines d’élus dont le député des Pyrénées Atlantique, Jean Lassalle sont présents ce dimanche matin à la manifestation en soutien au projet de contournement, qui a été invalidé par la justice.

11/09/20 : Les fortes chaleurs annoncées ces prochains jours (de 31° samedi à 36° lundi et mardi)conjuguées à la sécheresse des sols, ont conduit la préfète de la Gironde à élever la vigilance risque feux de forêt au niveau orange du 12 au 15 septembre inclus.

10/09/20 : Reporté du 31 août au 7 septembre en raison de la COVID-19, le concours de Bordeaux dévoile son palmarès. 990 médailles ont été attribuées sur les 3 427 vins candidats soit 28,8% : 327 médailles d'or, 420 médailles d'argent et 243 médailles de bronze.+ d'info

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

10/09/20 : Pour le centenaire d'aquitanis, arc en rêve propose de visiter l'architecture contemporaine à l'occasion des Journées Européennes du Patrimoine. Les visites se dérouleront au Grand Parc le 19 septembre à partir de 11h puis à la Benauge le 20 septembre.

10/09/20 : "Adolescentes", le long métrage documentaire de Sébastien Lifshitz, sorti hier, a reçu 100 000€ d'aides de la Région (écriture et production). Ce film, dont le tournage s'est étalé sur 5 ans, suit l'adolescence de 2 collégiennes puis lycéennes brivistes

09/09/20 : Suite aux résultats positifs au test Covid de l’un de ses agents à la crèche municipale du quai Chaho, 3 nouveaux cas d'agents du même établissement ont contraint la Ville de Bayonne à une fermeture de celle-ci pour au moins 8 jours jusqu'au 9 septembre.

09/09/20 : Le match opposant les Girondins de Bordeaux Féminines au PSG se déroulera ce dimanche 13 septembre au Stade Jean-Antoine Moueix de Libourne à 12h45. Seule la tribune (3 730 places assises) sera ouverte, avec application de la distanciation physique.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/09/20 | Des CRS à demeure à Bordeaux

    Lire

    À partir du 29 septembre, une demi-compagnie de CRS viendra s'installer à demeure à Bordeaux (une trentaine de policiers). Cette décision ministérielle fait suite à la demande de la préfète de la région Nouvelle-Aquitaine et de la Gironde, Fabienne Buccio, auprès du ministère de l'Intérieur pour faire face à une montée des agressions et des violences à Bordeaux. La même demande avait aussi été faite par la sénatrice Nathalie Delattre (Mouvement Radical) et le maire de Bordeaux, Pierre Hurmic. Les lieux de déploiement précis de la demi-compagnie de CRS ne sont pas encore connus.

  • 18/09/20 | Pascal Protano, élu président du syndicat des déchets de la Dordogne

    Lire

    Le syndicat mixte des déchets de la Dordogne (SMD3) a élu mardi 15 septembre son nouveau président. Il s'agit de Pascal Protano, maire de Coursac et deuxième vice président de l'agglomération périgourdine. Il est en charge de la gestion des déchets depuis sept ans et devra notamment gérer la mise en route des poubelles incitatives sur l'ensemble du département. Francis Colbac, demeure premier vice-président du SMD3. Pascal Protano a obtenu avec 46 voix sur 65 votants.

  • 18/09/20 | Charente-Maritime : l'apprentissage à la cote!

    Lire

    Après une hausse l'an dernier, les CFA du 17 confirment leur attractivité avec une nouvelle hausse de 6% des inscriptions en cette rentrée. Les aides de l’Etat pour l’embauche d’un apprenti ont contribué à cette dynamique. 1 958 apprentis font actuellement leur rentrée au CFA sur Lagord et Saint-Germain-de-Lusignan. Il reste des places. La Chambre des Métiers et le CFA organisent un Job Dating Alternance mercredi 16 septembre de 14h à 17h. Plus de 600 offres en apprentissage sont à pourvoir.

  • 18/09/20 | Prime COVID dans le Lot-et-Garonne

    Lire

    Le Département de Lot-et-Garonne vient de débloquer une enveloppe d’un million d’euros pour le versement d’une prime aux personnels des Services d’Aide et d’Accompagnement à Domicile (SAAD) et des Etablissements Sociaux et Médico-Sociaux (ESMS). Cela représente 1 000 € en taux plein, pour les 2 000 salariés de ce secteur d'activités. Les modalités d’attribution des subventions du Département au SAAD pour financer cette prime seront alignées sur celles de la Caisse Nationale de Solidarité et de l’Autonomie (CNSA).

  • 18/09/20 | Bordeaux : une réunion publique contre les néonicotinoïdes à Darwin

    Lire

    Le mouvement politique Génération Écologie lance une campagne contre le projet de loi remettant partiellement en cause l'interdiction des néonicotinoïdes (interdits en France depuis 2016). Ainsi, la présidente de Génération Écologie et ancienne Ministre Delphine Batho, Nicolas Thierry, Vice-Président de la Région Nouvelle-Aquitaine en charge de l'environnement et la biodiversité et Cyril Giraud, représentant de Génération Futures à Bordeaux se rendront à l'éco-système Darwin ce vendredi 18 septembre à 18h30 à l'occasion d'une réunion d'information.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | A Champdolent (17), l'aide à l'installation a permis à un jeune de renouer avec la tradition familiale

14/05/2020 | Julien Biteau s'est installé à Champdolent (17) il y a trois ans chez ses maîtres de stage. Le trio a monté un GAEC en polyculture élevage

Julien Biteau avec ses Blondes d'Aquitaine à Champdolent

L’histoire de Julien Biteau, c’est un peu celle de la revanche d’une génération sur des clichés. Chez les Biteau, on est agriculteur de père en fils à Champdolent (17), mais ici, il y a eu « des trous dans la raquette ». Dans sa jeunesse, le père de Julien aurait volontiers repris la ferme familiale mais le paternel s’y était opposé. Trop de travail pour peu de valorisation financière et sociale. Il souhaitait une autre carrière à ses enfants. Le virus de l’agriculture s’est transmis malgré tout au petit-fils, Julien. « J’ai toujours voulu faire ce métier », raconte le jeune homme de 22 ans.

Son parcours est à la hauteur de sa vocation précoce : un Bac pro Conduite et gestion de l'entreprise agricole (CGEA) à Melle (79), suivi d’une première année de BTS. Il fait son stage et son apprentissage chez des voisins, Bruno et Isabelle Pertus, exploitants en polyculture et élevage bovin viande à la ferme du Petit Courgeon à Champdolent. « Je les connais depuis que je suis tout petit. C’est un peu comme une deuxième famille », raconte Julien Biteau. Arrivé à la cinquantaine, le couple s’est posé la question de la transmission de son exploitation à terme, leurs filles ne souhaitant pas s’orienter dans cette voie. « Ils avaient également beaucoup de travail à la ferme, sans pour autant avoir les moyens de prendre un salarié. On a donc réfléchi à une façon d’agrandir la ferme en me permettant de me dégager un salaire », poursuit Julien.

Les vaches de Julien Biteau ont la chance de pouvoir aller s'abreuver dans La Boutonne toute proche

Les vaches de Julien Biteau ont la chance de pouvoir s'abreuver dans La Boutonne toute proche.

La solution a émergé du côté de la coopérative Terre Atlantique, dont l’exploitation fait partie. Un de ses adhérents a fait savoir qu’il partait à la retraite, laissant vacant 75 hectares de terres en fermage. Julien a donc souscrit de nouveaux baux avec les neuf propriétaires non exploitants de  ce foncier, et racheté du matériel de production. Le jeune homme a également repris un tiers du troupeau du couple. L’héritage du grand-père lui a également été utile : il apporté au GAEC 6 hectares de culture supplémentaires, louées à son père.

Pour financer le projet, Julien Biteau n’a pas manqué de soutien. Il a bien sûr bénéficié de l’aide à l’installation en tant que jeune agriculteur (fonds Région/Europe). La coopérative Terra Atlantique l’a également accompagné avec un plan sur cinq ans (lire ci-dessous).  En contrepartie, Julien a dû s’engager à livrer ses céréales à la coopérative. « J’ai également bénéficié de quelques aides financières des inséminateurs, du Crédit Agricole et divers organismes », précise le jeune homme. 

Julien Biteau aime les Blondes d'Aquitaine pour leur caractère et leur robustesse

Julien Biteau apprécie les Blondes d'Aquitaine pour leur robustesse, leur caractère et le défi qu'elles représentent : "C'est un élevage assez technique, qui demande de s'adapter au quotidien".


Aujourd’hui, le trio gère en GAEC 254 hectares de céréales, 120 têtes de bétail dont 55 vêlages. Julien s’occupe à la fois des cultures et des animaux. Chaque année, le trio plante diverses céréales : maïs, colza, blé, orge, pois et tournesol cette année. « En cas de coup dur sur une culture, avoir les autres permet de continuer à tourner », explique Julien. Les céréales sont toutes livrées à la coopérative de Saint-Savinien (canton de Saint-Jean d’Angély).  Pour la viande, le GAEC fait partie d’un groupement d’éleveurs ayant un contrat avec l’enseigne Leclerc. La viande de la ferme part dans les boucheries des supermarchés de la Saintonge. Un négociant en bestiaux de Marans leur prend régulièrement des broutards. « Le super U de Fouras nous prend également des bêtes de temps en temps, en fonction des besoins », complète Julien.

Lorsqu’Isabelle et Bruno partiront à la retraite dans une dizaine d’années, Julien se voit bien reprendre l’intégralité de la ferme, « peut-être avec un salarié ». Pour l’instant, il ne se projette pas avec un associé en GAEC. « J’ai envie que cette exploitation garde son côté familial », explique Julien. Mais le jeune homme ne fait pas de plan sur la comète : « On ne sait pas ce qu’il peut se passer d’ici là. Pourra-t-on seulement conserver l’élevage ? ». Beaucoup d’interrogations demeurent : comment reprendra-t-il l’ensemble des parts d’Isabelle et Bruno ? Leurs filles voudront-elles garder les terres en fermage ou s’en séparer ? Dans quelles conditions pourra-t-il exploiter les terres de son propre père, sachant qu’il a également deux sœurs ? Pour l’instant, Julien n’a qu’une certitude : vu la quantité de travail, il ne sera jamais seul sur la ferme. « L’avantage d’être à trois, c’est qu’on peut se relayer pour prendre du temps pour soi à côté, avoir des loisirs, partir en vacances, avoir une vie de famille. On adore notre boulot mais on ne veut pas être dépendant de notre travail ».

 

Le contrat Cap’Avenir de Terre Atlantique

Pour pouvoir en bénéficier dans le cadre d’une installation, il faut avoir moins de 40 ans et moins de 5 ans d’installation ; moins de 40 ans pour une aide à l’agrandissement. L’aide de la coopérative consiste en un suivi de production par un technicien de la structure et des analyses de sols et de fourrages, prises en charge par la coopérative. Le jeune agriculteur bénéficie également de remise forfaitaire à l’hectare, en céréales, en vigne et en « aliments en vrac », sur une base de forfait dégressif les cinq premières années de son installation.

 

Retrouvez l'interview de Julien Biteau en images

  

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
11037
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr