Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Société | « La Clé des Champs », une création sonore signée Louise Lesparre

Louise Lesparre

Dans les champs, dans une maison familiale, entre les vaches ou avec les chèvres, Louise Lesparre va à la rencontre d’agriculteurs le micro en main. Depuis l’annonce du confinement en France, l’enthousiasme et la créativité ont poussé la jeune femme à monter un projet de podcast : « La Clé des Champs ». Le principal objectif de cette proposition auditive : amener les urbains dans les champs pour leur présenter le monde de l’agriculture tel qu’il est. Une production authentique qui ravira autant les habitués des bottes de foin que les amis du métro parisien.

Originaire de Mont-de-Marsan dans les Landes, Louise Lesparre a 31 ans et s’est récemment lancée dans une jolie aventure entre le bitume et la terre fraîche. Elle a récemment donné naissance à une émission intitulée « La Clé des Champs », pour enfin créer du lien entre les citadins et les agriculteurs. Jusqu’à ses 18 ans, elle grandit dans cette ville landaise avant de mettre le cap sur Bordeaux pour suivre une classe préparatoire au Lycée Michel Montaigne. Elle termine son cursus scolaire à Toulouse, où elle entre en école de commerce. Son stage de fin d’études à Paris, dans l’entreprise Total, lui permet de décrocher un CDI. Après y avoir fait ses armes pendant quatre années de sa vie, Louise commence à travailler pour la start-up One Park, où elle est aujourd’hui directrice marketing.

Fille de la campagne et petite fille d’agriculteurs, Louise Lesparre habite à Paris depuis dix ans. Elle évolue donc dans un milieu différent de celui qu’elle a pu connaître étant enfant et jeune fille. « Aujourd’hui, je côtoie beaucoup de Parisiens avec lesquels j’entretiens souvent des discussions sur l’agriculture et sur nos modes de consommation. J’ai souvent été étonnée de ce que pouvaient exprimer les gens qui vivent en ville sur le sujet agricole », confie la podcasteuse avec son accent chaleureux. Pour elle, c’est clair : il y a une scission incroyable entre le monde rural et le monde urbain. Ce manque de communication fait naître une incompréhension entre ces deux mondes, qui ont pourtant besoin de resserrer les liens. Comment remédier à cela ? Cette question titillait Louise depuis son arrivée dans la capitale…

Donner la parole sans détour aux agriculteurs

« Puis, le confinement est arrivé », lance Louise Lesparre. Comme de nombreux Français, elle a été, pendant cette période, au chômage partiel. Avoir plus de temps libre a été une vraie opportunité pour elle. Une idée a germé dans sa tête : créer un podcast pour donner la parole à ceux qui font l’agriculture d’aujourd’hui. « Je voulais tendre le micro à des intervenants qui peuvent s’exprimer sur l’agriculture dans leur quotidien ou faire des analyses sur des sujets transversaux comme j’ai pu le faire récemment avec Joël Aubert (Directeur de publication d'Aqui.fr, ndlr) par exemple », explique la créatrice. À son échelle, Louise Lesparre a voulu faire un geste pour rapprocher deux mondes et surtout pour que les urbains puissent avoir accès à ce type d’informations et puissent comprendre le fonctionnement de l’agriculture en France.

« Mon objectif est de valoriser le travail des agriculteurs. Je ne vais pas challenger ces personnes sur leur utilisation des pesticides par exemple. Je veux simplement qu’ils me racontent leurs histoires. Ce sont des acteurs qui font au mieux, avec les moyens que le système leur donne. », indique Louise Lesparre. Permettre à cette catégorie professionnelle de s’exprimer, c’est aussi un moyen pour la jeune femme de faire une mise au point en faisant tomber les clichés. À force de rencontrer des professionnels, elle a pu se faire une opinion et a envie de montrer que les agriculteurs peuvent parfois être des « boucs émissaires faciles » dans un système qui leur donne peu de moyens. Cette réalité transparait dans les discussions enregistrées, car parfois les mots et témoignages peuvent être plus puissants qu’une grande analyse politique.

Récolter dans les champs, puis semer en ville

Partir en direction d’une exploitation est toujours un moment fort pour Louise. « Après le confinement, lorsque j’ai pu me rendre dans les fermes pour rencontrer les agriculteurs, je me suis régalée ! Jeudi encore j’étais au Pays Basque dans une chevrière : j’ai pu faire le tour de la ferme, connaître les secrets des fromages et même repartir avec quelques-uns de ces derniers », raconte Louise d’un air épanoui. « La partie montage est beaucoup moins drôle », plaisante t-elle à nouveau. Autodidacte, elle a appris le montage seule et s’est faite conseiller par des amis pour choisir le nom de son concept. « Le nom « La Clé des Champs » a un double sens : la clé de compréhension et l’expression qui veut dire s’évader à la campagne ». Pour se faire une opinion sur les différents sujets, et pour se lancer dans l’aventure avec un bagage solide, Louise a « révisé » l’histoire de l’agriculture de la Seconde Guerre mondiale à nos jours. La seconde étape pour elle a été de trouver les intervenants, de préparer les interviews, de se rendre sur place, et enfin de monter l’enregistrement. Un épisode de 40 minutes demande environ 6 heures de travail. La dernière étape consiste à mettre en ligne ses émissions toutes les plateformes de podcast (dont Google Podcast, Spotify et Deezer).

Louise Lesparre privilégie également la richesse à la facilité. Elle ne souhaite pas interroger uniquement les acteurs qu’elle peut connaître dans sa ville d’origine. Pour ses deux premiers épisodes, elle a utilisé le réseau social Twitter où Pauline Garcia, éleveuse de vaches dans le Cantal et Lucie Gantier, éleveuse de poules pondeuses en Vendée, communiquaient beaucoup sur leurs activités respectives. Mi-juin, cette nouvelle podcasteuse retourne à Paris et tente donc d’ores et déjà de trouver des interlocuteurs différents. « Je ne veux pas que le podcast se réduise au secteur basco-landais », déclare t-elle. Le podcast est un genre très écouté par les urbains, et ça, Louise Lesparre l’a parfaitement compris. Sa cible principale étant les citadins, le format est parfaitement adapté. Selon elle, c’est aussi un moyen d’expression assez facile d’accès. Après avoir acheté son matériel, elle a pu se lancer seule et rapidement.

Si l’on peut penser que Louise Lesparre réalise avec prouesse un grand écart entre le monde urbain et le monde agricole, ce n’est pas tout à fait le cas pour elle. En ce début de projet, une grande idée ressort des échanges qu’elle a pu avoir avec ses invités. « Entre les agriculteurs que j’ai pu voir et les entrepreneurs que je côtoie à Paris via mon métier, il y a beaucoup de similitudes. Les agriculteurs sont en fait des entrepreneurs qui parfois partent de zéro, doivent faire des choix stratégiques, font la comptabilité, s’initient au marketing pour faire venir le client… C’est un travail prenant. », conclut-elle. Avec à sa détermination, à sa personnalité lumineuse et à son caractère sociable, Louise propose de vous amener dans « les coulisses de nos fermes pour découvrir le quotidien de ces acteurs de l’ombre ». Ce rendez-vous privilégié, comme une escapade, est à retrouver tous les quinze jours jusqu’en septembre sur les différentes plateformes, puis tous les mois après septembre.

Ci-dessous les premiers épisodes de la "Clé des champs" à écouter :  

 

Lucile Bonnin
Lucile Bonnin

Crédit Photo : Louise Lesparre

Publié sur aqui.fr le 04/06/2020