Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

04/07/20 : Beynac : Entre 250 et 300 personnes pro-déviation se sont réunis ce samedi matin pour que le chantier soit poursuivi, malgré la décision du conseil d'Etat, parmi elles, les maires des 4 communes concernées le président du Département Germinal Peiro.

03/07/20 : Le 1er juillet, la préfecture de la Dordogne a publié un "arrêté portant prescriptions au Département relatives aux travaux de démolition des éléments construits dans le cadre du projet de contournement du bourg de Beynac-et-Cazenac.

03/07/20 : Suite à la démission d'Edouard Philippe, c'est Jean Castex, haut-fonctionnaire coordonnateur de la stratégie nationale de déconfinement, qui a été nommé Premier Ministre. Charge à lui de former un nouveau Gouvernement.

03/07/20 : Deux-Sèvres : les 12 Marchés des Producteurs de Pays auront bien lieu cet été. Les communes s'organisent pour accueillir au mieux les producteurs et consommateurs. Pensez à apporter vos couverts, gobelets et serviettes non jetables!

03/07/20 : Édouard Philippe a remis la démission de son gouvernement ce vendredi 3 juillet. Démission acceptée par l'Elysée.

30/06/20 : La Rochelle : Les inscriptions à L'université sont ouvertes du jeudi 2 au vendredi 17 juillet jusqu’à midi pour les néobacheliers et les étudiants admis en Master 1ère année. Dernière chance entre le 25 août et le 11 septembre jusqu’à 23h.

29/06/20 : La préfecture des Pyrénées-Atlantiques livre ce lundi le taux de participation définitif aux élections municipales et communautaires du 28 juin 2020. Dans le département, il est de 49,48 % contre 66,85 % en 2014.

29/06/20 : Beynac : C'est ce lundi, que le conseil d'état rendra une décision capitale dans l'épineux dossier de la déviation de Beynac en Dordogne. Le conseil d'état pourrait ordonner l'arrêt du projet porté par le Département et la remise en état du site.

29/06/20 : A Saintes (17), l'ancien adjoint au maire Bruno Drapon est devenu maire à la place du maire sortant Jean-Philippe Machon, avec 31,76% des voix. Bruno Drapon s'impose avec environ 230 voix d’avance face à Pierre Dietz.

29/06/20 : A Royan (17), le maire sortant (LR) Patrick Marengo conserve son fauteuil de maire avec 52,21% des voix face au marcheur Thomas Lafarie avec 21,63 %.Le taux de participation, 35,74 %, est sensiblement le même que celui du premier tour (35,25%).

29/06/20 : A Rochefort (17), le maire sortant Hervé Blanché a retrouvé son fauteuil avec 3494 voix (58,86%) contre 2442 pour Rémi Letrou (41,14%). Le taux de participation est de 35,08%.

29/06/20 : Le maire de Bayonne Jean-René Etchegaray (Bayonne toujours un temps d'avance) proche de la majorité présidentielle, a été réélu avec 51,23% face à la liste de gauche commune Bayonne-Ville ouverte et Demain Bayonne Bihar Baiona, avec 46,19%

28/06/20 : À Pessac, le maire sortant Franck Raynal est réélu de justesse avec 50,57% face au candidat tose et vert Sébastien Saint-Pasteur et son alliance avec Laure Curvale (49,63%).

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 04/07/20 | Charente-Maritime :une enquête sur les circuits courts

    Lire

    Soutenant la démarche de développement des circuits courts engagée par le Département 17 en 2016, la Chambre d’agriculture 17 réalise une enquête afin de mieux connaitre les besoins et les attentes des producteurs locaux en circuits courts et l’intérêt de chacun concernant les outils développés par la collectivité. Dans le but de mieux valoriser l’offre, elle recense également les activités (produits, lieux de vente, agrotourisme…) des entreprises en circuits courts. Contact: 05 46 50 45 00.

  • 04/07/20 | Dax : à la découverte du patrimoine Belle époque de la cité thermale

    Lire

    Avec Dax Architecture (Ed. Kilika), l'historien landais Kévin Laussu offre une riche étude de fond sur ce patrimoine méconnu de la cité thermale. Une première publication qui salue près de 15 ans d'inventaire, et un outil pour mieux connaître l'identité et l'histoire récente de cette ville labellisée Art et Histoire par le ministère de la Culture cet hiver. De quoi prendre conscience aussi des richesses locales à protéger, des belles demeures jusqu'aux portes en bois scuplté et ferronneries.

  • 04/07/20 | Aéroport de La Rochelle : une reprise des vols progressive

    Lire

    Après la liaison avec Lyon depuis le 15 juin et Dublin depuis le 1er juillet, les vols reprennent progressivement à l'aéroport de La Rochelle. Ajaccio (1 vol hebdo) et Londres-Stansted (2 à 3 rotations hebdo) seront de nouveau accessibles à partir du 4 juillet, avant Manchester, London-Gatwick et Genève d'ici le 30 juillet. EasyJet va reprend les vols La Rochelle-Nice à compter du 2 août, à raison de 2 vols par semaine tous les vendredis et dimanches ; Ryanair vers Porto et Bruxelles.

  • 03/07/20 | Rochefort : la réouverture du pont transbordeur remise aux calendes grecques

    Lire

    Initialement prévue le 4 juillet, la réouverture du pont transbordeur n'aura pas lieu. Complexes, les opérations de réglage du Transbordeur et de sa nacelle constituent un défi technique nécessitant de procéder par étapes. La période de confinement et le retard des travaux n'ont pas permis de mener à bien l’ensemble des mises au point nécessaires au bon fonctionnement du dispositif. Le gestionnaire du pont, l'agglo de Rochefort, se dit dans l'impossibilité de fixer une nouvelle date pour le moment.

  • 03/07/20 | Nouvelle-Aquitaine : des chèques vacances pour les plus modestes

    Lire

    Trois millions d'euros, c'est la somme annoncée par la région Nouvelle-Aquitaine pour contribuer aux chèques vacances "solidarité tourisme" (sur sept millions au total) qui seront distribués à 30 000 foyers, soit environ 100 000 personnes. Le plafond par ménage oscillera entre 100 et 400 euros, pour des bons d'une valeur de 50 à 100 euros à destination prioritaire des ménages modestes (en fonction du quotient familial). Cinq nouveaux départements rejoignent le dispositif : les Landes, le Lot-et-Garonne, la Creuse, la Dordogne et la Haute-Vienne.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Chronique au temps du coronavirus

08/04/2020 | Manzoni : Les Fiancés, histoire milanaise du XVII traduit de l’italien par Yves Branca- 862 pages-Folio classique

Manzoni : Les Fiancés, histoire milanaise du XVII  traduit de l’italien  par Yves Branca

Le roman de Manzoni Les Fiancés s’exhume comme un texte à (re)découvrir : il raconte les tribulations, au tournant des années 1630 de deux jeunes Lombards, Renzo et Lucia, promis l’un à l’autre et sans cesse empêchés de s’épouser.

Tout s’oppose à cette union : Don Rodrigue, un noble qui s’est épris de la beauté de Lucia, Don Abbondio, pusillanime curé du lieu, qui se dérobe à la cérémonie prévue devant les menaces de l’aristocrate, lequel envoit ses spadassins, ces Braves  selon la terminologie de l’époque, pour enlever la jeune femme…Et à ces stratégies maléfiques, il faut encore ajouter les « forces de la nature », les mauvaises récoltes et la famine, les invasions et les armées, les maladies et les épidémies.

Voilà pour la trame générale. On laissera de côté tous les éléments qui font des Fiancés- édité en 1840- une œuvre majeure dans l’histoire littéraire italienne : irruption de la forme romanesque dans un pays plutôt familier avec le théâtre, la poésie et les poèmes épiques, choix d’une langue, le toscan, ce qui contribua fortement à l’unification linguistique du pays avant même son unité politique.

Une lecture contemporaine de ce roman mettra l’accent sur d’autres aspects de ce roman fleuve, tribulations de deux personnages ballotés et en même temps comme en marge du grand flux de l’histoire de leur temps. On écartera la dimension religieuse du récit, ces saints hommes- un moine capucin et l’évêque de Milan, qui protègent les jeunes gens et les guident. Car l’auteur, profondément catholique, croit à la dimension morale et religieuse de ces acteurs de terrain, si l’on peut dire, et favorise leur intervention qui modifie le cours de l’histoire. On s’intéressera d’avantage aux personnages gothiques, bien représentatifs de cette mode européenne du monde criminel souterrain : ici, une jeune nonne, la Dame de Monza, recluse de force au couvent par sa famille, inconsolable et saisissante « beauté abattue, fanée, et pour ainsi dire décomposée », qui décide de faire de Lucia la victime collatérale de son propre enfermement. Là, l’Innomé, personnage qui terrorise tellement les paysans établis non loin de sa forteresse maléfique perchée sur un nid d’aigle, qu’ils se refusent à le désigner par son nom propre. Et Don Rodrigue, bien sûr, qui agite le vaste écheveau de ses liens avec les sommités religieuses et politiques pour rapter Lucia.

Ces entreprises criminelles jalonnent de leurs embûches le parcours vers le bonheur de Lucia et Lenzo. Mais d’autres forces plus effrayantes encore se déploient, dotées d’une force autonome et terrifiante à un point tel que le destin des jeunes gens est laissé de côté ; mieux même, tout se passe comme si l’auteur, qui ne craint pas de se manifester dans le récit de manière souvent humoristique, les avait mis à l’abri, mais jamais très loin, du périlleux chemin de sa narration.

Car le cours de l’Histoire serpente, s’entremêle dans le récit : d’abord une émeute de la faim à Milan, dont Renzo, fuyant le courroux de don Rodrigue, est témoin et petit acteur involontaire. On retiendra de l’épisode que l’auteur se met à distance des narrations où le peuple est au-devant de la scène, à la différence par exemple d’un Victor Hugo, quasiment son contemporain de l’autre côté des Alpes.

La peste, cette maladie récurrente de la littérature universelle

Puis plus tard, c’est le cortège des malheurs qui suivent une armée en campagne. Replaçons-nous dans le contexte : la guerre de Trente ans qui dévaste le Saint- Empire romain germanique a des conséquences en Italie, où s’affrontent dans une sanglante guerre de succession différentes factions. Dès lors les armées, composées essentiellement de mercenaires très mal rémunérés qui devaient se payer sur la bête, s’abattent sur la campagne milanaise, dévastant tout. Les villageois fuient sur les hauteurs quand ils le peuvent. Ce sont d’ailleurs ces groupes mercenaires qui apportent la peste avec eux, comme l’attestent les chroniques de l’époque. Dès lors, comme le dit si bien Giovanni Macchia dans la préface à la présente édition : « Apparaît la maladie récurrente de la littérature universelle :la peste ». Elle dévaste Milan : les deux médecins qui les premiers mettent en garde contre l’épidémie, qui touche d’abord les plus démunis, et appelant à des mesures prophylactiques sont accusés de comploter et d’être « des ennemis de la patrie », le père de l’un deux manque de périr, reconnu dans la rue et sauvé en se cachant dans une maison amie. Lorsque la peste se répand et touche toutes les classes de la société et qu’il est désormais impossible d’en nier la réalité, les Milanais évoquent des complots : des actions volontaires menées par ceux qu’on appelle les oigneurs, souillant façades des maisons et places publiques avec de mystérieuses potions jaunâtres, répandant la maladie. Bien plus, on découvre des maisons où se fabriquent ces maudites mixtures…Alors pour conjurer le mauvais sort, on organise une procession où les reliques du saint patron de la ville seront promenées, peine perdue, la peste progresse encore…

Au cours de cette chronique méticuleuse de l’épidémie, l’auteur réintroduit son personnage : Renzo, à peine guéri de la peste, va chercher son aimée au fond du chaudron pestilentiel milanais. Ce sont des pages saisissantes d’une ville réduite à un charnier, où Renzo, pris pour un oigneur et pourchassé, en réchappe en sautant sur les charrettes transportant les cadavres vers les fosses communes. Tel un Orphée chrétien, avec l’aide des bons Capucins, le jeune homme retrouvera son Eurydice pour la sortir de cet enfer.

Dans ce triomphe romanesque, il faut voir aussi le triomphe du roman comme allégorie d’un monde politique inchangeable, inaliénable et désespérant. Seules les armes de la fiction en viendront, provisoirement, à bout.

Bernard Daguerre
Par Bernard Daguerre

Crédit Photo : Bernard Daguerre

Partager sur Facebook
Vu par vous
11268
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 7 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !