Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

12/08/20 : Depuis cet après-midi, la Gironde est repassée en vigilance jaune pour le risque feux de forêt. Les mesures de restrictions concernant la circulation des véhicules motorisés, les activités ludiques et sportives et les travaux forestiers sont levées.

12/08/20 : A compter de 18h, le département des Landes est placé en vigilance orange aux orages.

11/08/20 : Charente-Maritime : 2000, c'est le nombre de bottes de paille qui vont être disposées un peu partout dans le département sur le trajet du Tour de France. Une quarantaine d'agents de la collectivité sont déployés sur l'opération à partir d'aujourd'hui

11/08/20 : La ministre de l'Ecologie et de la transition écologique Barbara Pompili se rendra à Anglet, suite à l'incendie de la Forêt de Chiberta ce mercredi. Auparavant elle sera passée à Biarritz pour évoquer le ramassage des plastiques dans l'océan.

07/08/20 : Suite au décret du 30 juillet dernier, le préfet des Pyrénées-Atlantiques a décidé de rendre obligatoire le port du masque dans l'espace public dans les communes de Bidart, Espelette, Guéthary et Saint-Jean-Pied-de-Port.

05/08/20 : Jean-Baptiste Irigoyen, le maire de Saint-Jean-Luz a fait savoir en début de soirée que sa ville rejoignait le club des villes du littoral basque exigeant le port du masque dans le centre-ville et notamment la rue piétonne Gambetta hyper fréquentée

04/08/20 : A compter du 05 août et jusqu'à nouvel ordre, le département de la Gironde et du Lot-et-Garonne sont placés en vigilance orange pour le risque "feux de forêt". Le département des Landes a cette vigilance depuis le 29 juillet dernier.

30/07/20 : 600 millions d'euros, c'est l'enveloppe annoncée par le premier ministre au président des Régions de France Renaud Muselier dans le cadre d'un "accord de méthode" signé à Matignon pour préserver leur capacité d'investissements après la crise du Covid

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 12/08/20 | La Région Nouvelle-Aquitaine soutient le Liban

    Lire

    La Région Nouvelle-Aquitaine se mobilise pour venir en aide à la population libanaise face au drame qu’elle est en train de vivre. Lors de la prochaine Commission Permanente, une aide de 100 000 euros va être votée qui sera remise soit aux ONG de la région présentes sur place telles que Pompiers solidaires ou Télécoms sans Frontières, soit elle participera au fonds de solidarité mis en place par les collectivités locales françaises.

  • 12/08/20 | La Rochelle : Olivier Falorni quitte le conseil municipal

    Lire

    Il avait exprimé son souhait de se retirer du conseil municipal, le soir de la séance d'installation de la nouvelle municipalité, le 10 juillet dernier, sans passer à l'acte. Il a finalement officialisé cette annonce ce mardi sur les réseaux sociaux, disant qu'il "ne serait plus conseiller municipal de La Rochelle à compter de ce jour". Le député de la 1re circonscription de Charente-Maritime avait été battu d'un cheveu dans les urnes en juin par le maire sortant Jean-François Fountaine.

  • 12/08/20 | Le ministère de l’Agriculture renforce son soutien aux agriculteurs face à la sécheresse

    Lire

    Face à l’épisode de sécheresse en cours, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Julien Denormandie, autorise le report de la date limite d’implantation des cultures dérobées valorisées comme surface d'intérêt écologique (SIE) dans certains départements affectés (en Nouvelle-Aquitaine : Creuse, Vienne et Haute-Vienne). Cette mesure vient compléter celles déjà prises ces derniers jours pour soutenir les agriculteurs dans cette période difficile.

  • 12/08/20 | Charente-Maritime : fort risque d'incendies et départs de feux

    Lire

    Au vu de la sécheresse importante que connaît le territoire, la préfecture 17 a placé vendredi le département au niveau « Risque très sévère » du plan de vigilance Feux de forêt. La Charente-Maritime a connu plusieurs incendies ou départs de feu depuis le début de l'été, vers Royan, sur Oléron et ce week-end dans le sud du département, à la limite de la Gironde, où 4 hectares de pinèdes sont parties en fumées. Pour rappel, il est interdit de fumer et de faire des feux en proximité de forêt.

  • 12/08/20 | Charente-Maritime : la préfecture limite le remplissage des mares de tonnes

    Lire

    Pour cause de sécheresse, la préfecture interdit à partir du 11 août le remplissage et la remise à niveau des mares de tonne à destination de la chasse de nuit au gibier d’eau sur les bassins de la Curé-Sèvre Niortaise, des marais de Rochefort et du Bord de Gironde Nord. Il est limité à une surface inférieure à 1 hectare sur les bassins du Mignon, du fleuve Charente, de la Boutonne et affluents, Antenne et Rouzille, la Seudre, la Seugne, le marais Bord de Gironde Sud, lary-Palais et Dronne Aval.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Que se cache t-il vraiment derrière le sigle ESS aujourd'hui ?

15/06/2020 | Timothée Duverger, maître de conférences associé à Sciences Po Bordeaux, revient sur la place de l'Economie Sociale et Solidaire dans la société actuelle.

Timothée Duverger

La crise systémique liée au Covid-19 a mis un coup de projecteur sur de nombreuses structures appartenant à l’Economie Sociale et Solidaire. La résurgence de ce modèle économique alternatif pousse à s’interroger sur la spécificité de l’ESS qui tend à occuper une place de plus en plus importante dans la vie quotidienne de chaque citoyen. Mais pour pouvoir identifier l’ESS au sein d’un territoire, il faut comprendre sa nature et ses objectifs. Timothée Duverger, maître de conférences associé à Sciences Po Bordeaux et spécialisé en Economie Sociale et Solidaire, offre des explications sur la place de l’ESS aujourd’hui. Interview.

@qui ! : Qui êtes-vous et quelle place a l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) dans votre vie professionnelle ?

Timothée Duverger : Je suis maître de conférences associé à Sciences Po Bordeaux où je suis responsable du master Economie Sociale et Solidaire et Innovation Sociale (ESSIS). J’ai réalisé ma thèse de doctorat sur l’histoire de l’Economie Sociale et Solidaire dans sa période contemporaine, des années 60 à nos jours. J’ai connu des responsables de l’ESS pendant mes études car au départ je travaillais sur les questions d’écologie politique. Pour moi, c’est un sujet intéressant car cela présente des actions concrètes qui permettent d’avancer sur des solutions dans le domaine socio-économique. C’est une manière de démocratiser la société, c’est à dire de poser autrement la question d’un engagement politique au sens de société, qui passe aussi dans un engagement dans le champ socioéconomique.

@! : Vous enseignez à Sciences Po Bordeaux dans un des rares masters en France qui comporte l’intitulé « ESS » : comment forme t-on des étudiants à cette discipline et quels sont les débouchés ?

T.D. : Une offre de formation s’est développée sur l’Economie Sociale et Solidaire dans les années 2000. Il existe un réseau qui se développe de plus en plus : le Réseau Interuniversitaire de l'Economie Sociale et Solidaire. Dans le cas de Sciences Po Bordeaux, c’est Robert Lafore qui a transformé en 2012 le master dédié aux politiques sociales en un master sur l’ESS, considérant que la plupart des étudiants ne souhaitaient pas forcément faire une carrière administrative. Les élèves reçoivent des enseignements en ingénierie de projets, c’est-à-dire qu’ils sont formés pour créer des projets en ESS sur les territoires. Des professionnels interviennent aussi pour les former dans des domaines variés : management, évaluation d’impact, innovation sociale, enjeux du numérique, etc. Il y a trois types de débouchés. D’abord, les étudiants peuvent se retourner vers des systèmes d’accompagnement de l’ESS comme dans une Chambre Régionale de l’Economie Sociale et Solidaire (CRESS), dans une agence d’innovation sociale, dans la finance solidaire, etc. D’autres développent un projet eux-mêmes en créant une entreprise ou en rejoignant une petite structure où ils vont pouvoir développer un projet. Enfin, d’autres étudiants vont vers des entreprises plus structurées pour développer des projets de RSE ou de gestion de la vie démocratique de l’entreprise dans des banques, mutuelles ou entreprises de transition énergétique.

" L'ESS a su répondre aux problématiques de la crise sanitaire "

@! : L’ESS est donc un domaine très riche avec des activités variées et des champs d'action différents. Mais comment peut-on définir l’Economie Sociale et Solidaire en quelques mots ?

T.D. : Selon la loi de 2014 portée par Benoît Hamon, c’est « un mode d’entreprendre et de développement ». L’Economie Sociale et Solidaire croise tous les secteurs d’activités et est ancrée dans le quotidien. Les personnes peuvent avoir des banques coopératives, manger des produits de coopératives agricoles, habiter un logement construit avec l’aide de coopératives dans le domaine de la construction, trier leurs déchets ou récupérer des choses dans une ressourcerie… Il y a une foule d’initiatives qui touchent plusieurs secteurs d’activité. La particularité de l’ESS réside dans sa manière d’aborder l’économie en générale. C’est un ensemble de finalités et de règles qui sont de l’ordre de trois. La première est son but non lucratif : l’objectif n’est pas de faire du profit que l’on distribue à des actionnaires. La lucrativité est soit nulle, soit limitée. Le deuxième pilier est la question de la gestion démocratique et participative. La part de détention du capital ne donne pas un poids particulier dans une gouvernance d’entreprise. Enfin, le troisième pilier aborde la question de l’utilité sociale, c’est à dire la contribution sociale et écologique de l’organisation à la société. C’est une vocation d’intérêt général pour des structures socio-économiques autres que l’Etat. C’est un mode d’entreprendre qui se veut différent.

@! : Quels sont désormais les grands enjeux de l’Economie Sociale et Solidaire ?

T.D. : Il y a deux types de défis. Le premier est de savoir comment cette économie peut se placer sur les défis de la société et quelle est son utilité sociale. Il y a de nouvelles conquêtes du côté de la transition écologique, de la transition numérique, des nouvelles protections liées aux mutations du travail ou aux mutations socio-démographiques. La principale question est de savoir comment l’Economie Sociale et Solidaire manage ces grandes transitions. Le deuxième enjeu central est de répondre à cette question : comment préserver les spécificités du modèle de l’Economie Sociale et Solidaire ? Car, l’ESS est confrontée à une tension très forte qui est sa banalisation. Ses modes de fonctionnement se détériorent et se rapprochent progressivement d’entreprises plus classiques. Par exemple, les directives solvabilité ou les directives concurrence au niveau européen modifient sensiblement les mutuelles. Elles deviennent de grandes machines financières et sont obligées à la concentration. Il y a eu une mise en concurrence avec les assurances par exemple et cela estompe les principes d’un modèle économique différent. Le cadre institutionnel doit être plus favorable à la coopération plutôt qu’à la compétition.

@! : Est-ce que l’ESS va être utile selon vous pour sortir de la crise économique provoquée par le Covid-19 ?

T.D. : L’Economie Sociale et Solidaire est très engagée sur les territoires. Elle va s’appuyer sur les ressources d’un territoire, c’est à dire sur les besoins et aspirations des habitants ainsi que sur l’ensemble des structures qui sont en interaction, et elle va développer des projets pour une mise en relation de ces acteurs. Dès lors, dans le contexte actuel, avec l’idée d’un tournant local pour plus de résilience face à la crise, l’Economie Sociale et Solidaire peut apporter des réponses. La question des circuits courts est également très présente notamment par rapport à la fourniture alimentaire. Les emplois d’utilité sociale comme les services d’aide à domicile ont été aussi décisifs dans cette crise pour tenir. Donc l’ESS a su répondre aux problématiques de la crise sanitaire et est aussi porteuse d’un projet sur la question des transitions. C’est une économie post-croissance, qui ne recherche plus la croissance sans s’interroger sur sa finalité, mais au contraire vise une économie du bien-être, soutenable, qui puisse s’organiser sur les territoires.

" 10% des emplois et 6 à 7% du PIB "

@! : L’ESS semble être particulièrement développée à Bordeaux. Avez-vous en tête des exemples bordelais de structures ou d’activités qui s’inscrivent dans cette mouvance ?

T.D. : Il y en a énormément. Bordeaux est notamment un vivier associatif important. Il y en a une en particulier que je trouve intéressante, qui s’appelle « Vivre Avec ». Cette association propose de l’habitat intergénérationnel. Deux situations ont énormément été abordées pendant la crise : celle des personnes âgées et celle des jeunes isolés. Cette association propose de la cohabitation intergénérationnelle. Si une personne âgée dispose d’un espace assez grand pour accueillir, elle pourra compter sur une présence humaine à ses côtés. C’est un exemple d’une initiative de l’Economie Sociale et Solidaire qui peut se développer. C’est une micro initiative parmi tant d’autres et la foule de ces initiatives fait masse. C’est très difficile à mesurer. En France, l’ESS représente 10% des emplois et représente 6 à 7% du PIB. Or, l’ESS ne se mesure pas en termes de croissance économique et dans ces chiffres on ne prend pas en compte les 13 millions de bénévoles dans le pays.

@! : L’ESS représente des milliers d’entreprises très diverses dans leurs réalités, pourtant ce n’est pas encore le modèle de référence. Cette économie est-elle destinée à être un modèle alternatif ?

T.D. : « L’ESS est la norme souhaitable de l’économie de demain », comme l’affirme ESS France, la Chambre française de l'économie sociale et solidaire. Mais l’idée n’est pas forcément que l’Economie Sociale et Solidaire devienne le modèle général. On a besoin aussi d’autres modes d’entreprendre. Mais c’est un modèle qui gagnerait à se développer car cela permettrait tout simplement de ré-encastrer l’économie dans la société. Cela permettrait aussi de renverser les finalités et de s’intéresser à une économie qui servirait avant tout la société.  Il y a des déviances par rapport au système économique dominant, comme les nombreuses initiatives ESS à Bordeaux par exemple, et cela nous pousse à nous poser une question : avec la crise systémique que nous vivons, ces « déviances » vont-elles devenir les tendances de demain ? Il peut y avoir un renversement de valeurs suffisant pour permettre de développer des initiatives mais le débat reste ouvert. Après le premier plan de relance économique, on a pu voir que les aides ne se sont pas préoccupées des finalités de bien-être. Les orientations politiques restent un champ de conflits et de controverses donc cela supposera à l’avenir des engagements et des rapports de force. 

Lucile Bonnin
Par Lucile Bonnin

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
4816
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 14 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !