Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/10/20 : Périgueux : Près d'un millier de personnes se sont rassemblées devant l'arbre de la liberté cet après-midi en hommage à Samuel Paty enseignant assassiné à Conflans-Sainte-Honorine, pour défendre la liberté d'expression et dire non à la terreur.

16/10/20 : Le marché de Noël de Bordeaux, organisé sur les Allées de Tourny, a été annulé. D'après l'association de commerçants la Ronde des Quartiers, « les conditions sanitaires, comme une jauge à 1000 personnes rendent l'organisation trop incertaine ».

15/10/20 : Le conseil d'administration de l'agence d'urbanisme Bordeaux Aquitaine (a'urba), a élu son nouveau bureau ce 15 octobre. Succédant à Véronique Ferreira, Pierre Hurmic, maire de Bordeaux et 1er vice-président de Bordeaux Métropole a été élu président.

14/10/20 : La maire de Poitiers, Léonore Moncond'huy, a été élue le 13 octobre dernier Vice-Présidente de Cités Unies France.

14/10/20 : Des travaux sont prévus sur le pont d’Aquitaine et ses abords dans la nuit du 14 au 15 et du 15 au 16/10. Ils engendrent la fermeture, dans les deux sens de circulation sur la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 et 4.

13/10/20 : La Préfecture de Gironde a décidé de lever les mesures de restrictions d'eau sur l'ensemble du Département. « Les récents épisodes de pluie ont permis d'améliorer significativement le débit des cours d'eau », ajoute la Préfecture.

07/10/20 : Charente-Maritime : la commune de Saint-Pierre d'Oléron est lauréate pour être un centre de préparation des Jeux olympiques 2024 dans six disciplines: handball, badminton, judo, taekwondo, taekwondo para-olympique et BMX Race.

06/10/20 : La foire aux livres de Brive, qui devait se tenir les 6,7 et 8 novembre sous une forme réduite, n'aura finalement pas lieu cette année, a annoncé la mairie ce mardi. La prochaine édition est programmée les 5,6 et 7 novembre 2021.

06/10/20 : Charente-Maritime : à l'aéroport de La Rochelle, la ligne La Rochelle – Lyon est, depuis hier, de nouveau desservie 2 fois par jour les lundis et vendredis, au départ de La Rochelle à 6h00 et 17h10.

05/10/20 : L'Arena Futuroscope et le CREPS de Poitiers ont été retenus par le Comité d'Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 pour pour devenir Centre de Préparation aux Jeux pour des équipes de basket-ball, hand-ball et volley-ball.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/10/20 | Les Régions vont publier un livre de caricatures dans les lycées

    Lire

    A l'occasion du Congrès des Régions de France qui se tient au siège de la Région île de France, le président Renaud Muselier a annoncé que les 13 régions de France ont pris l'initiative de publier un livre de caricatures politiques et religieuses pour le diffuser dans les lycées. "Cet ouvrage rassemblera les caricatures religieuses et politiques les plus marquantes parues dans la presse régionale aux côtés de celles parues dans la presse nationale" et "un collège d'historiens sera sollicité pour remettre en perspective le droit à la caricature dans l'histoire politique de notre pays"

  • 19/10/20 | Le jeu des 1000 euros en Dordogne diffusé cette semaine

    Lire

    Le célèbre Jeu des 1000 euros, s'était arrêté dans deux communes du Périgord fin septembre malgré la crise sanitaire. Les épisodes enregistrés en public à Saint-Aulaye seront à écouter le lundi 19, mardi 20 et mercredi 21 octobre avec un numéro spécial jeunes. Les équipes de France Inter ont aussi fait escale à Bars près de Montignac-Lascaux. Ces épisodes seront diffusés le jeudi 22 et le vendredi 23 octobre. Rendez-vous donc sur l'antenne de France Inter cette semaine à 12h45 !

  • 19/10/20 | Bordeaux: 1 minute de silence pour Samuel Paty

    Lire

    Les élus du conseil municipal et les habitants de la ville de Bordeaux sont invités par la Mairie à respecter une minute de silence, lundi 19 octobre à midi afin de "marquer leur solidarité envers les proches de Samuel Paty, professeur à Conflans Saint-Honorine, et envers la communauté éducative". Les élus du conseil municipal de Bordeaux se rassembleront lundi midi dans la cour de l’hôtel de ville. Les drapeaux de l’hôtel de ville seront mis en berne.

  • 19/10/20 | Le bleu au coeur de Biarritz

    Lire

    Amateurs de Street Art, ouvrez vos écoutilles ! Le Street Art COLORAMA festival a commencé depuis le 3 octobre. Il se tient jusqu’au 3 janvier 2021 en plein coeur de Biarritz. C’est plus de 700 m2 investis dans l’Hôtel Bellevue, 5 avenue Edouard VII. Pour cette 5ème édition, la couleur est le Classic Blue. Allez découvrir cette exposition qui s’étale sur 4 étages, de la façade aux escaliers en passant par les chambres.

  • 19/10/20 | Mérignac : le forage géothermique du futur stade nautique commence

    Lire

    Les travaux du futur stade nautique métropolitain de Mérignac ont bien démarré. Après les forages géotechniques déjà effectués par Eiffage, c'est au tour de Dalkia Sud-Ouest d'effectuer ses forages géothermiques. Ces forages ont pour objectif d'évaluer le potentiel d'énergie disponible pour le centre nautique, qui doit ouvrir ses portes en fin d'année 2022. Pour rappel, la géothermie représentera 50% des capacités de chauffage de l'installation. Le stade nautique de Mérignac représente un investissement total de 47 millions d'euros.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Une année bousculée pour Aérocampus

15/09/2020 | Le site de formation de Latresne accuse le coup du coronavirus dans son budget 2020 présentant des recettes en forte baisse.

Aérocampus

Budget en forte baisse, salons et séminaires annulés, site fermé... les conséquences du coronavirus ont été au centre de toutes les attentions ce lundi lors de la dernière assemblée générale d'Aérocampus, le campus de formation en aéronautique de la région Nouvelle-Aquitaine. Malgré l'arrêt des prospections à l'international, les investissements continuent pour le site de Latresne qui a toujours plusieurs projets en cours dont la livraison de son nouveau pôle avionique fin 2021.

"On prend le bouillon". Les mots de Jérôme Verschave, directeur général d'Aérocampus, n'étaient pas vraiment rassurants ce lundi 14 septembre lors de l'assemblée générale annuelle organisée sur le site de Latresne. Et pour cause : lors de la présentation de son budget 2020, on a pu constater de manière assez forte l'impact du Covid-19 sur les affaires de l'organisme de formation. Ainsi le prévisionnel de dépenses et de recettes a fortement diminué : 10,15 millions avant Covid et 7,6 millions après pour les dépenses et 7,12 millions contre 10,15 pour les recettes. Le chiffre d'affaire est en forte baisse (3,5 millions contre 6,17 avant la Covid et 5,12 en 2019), plombé par l'annulation de l'ADS Show (-928 200 euros). L'ADS Show est reporté à 2022 mais pour ne pas perdre la dynamique, un ADS Club a été créé. Il sera chargé d'analyser les conséquences de la crise au niveau régional et national et d'évoquer les projets et innovations futures. Il s'est réuni pour la première fois en juillet dernier.

"Depuis les dernières projections, on a plutôt eu de bonnes nouvelles mais il n'y a pas de raison qu'Aérocampus soit une exception", a nuancé le directeur d'Aérocampus, Jérôme Verschave. "On a la chance d'avoir depuis neuf ans mis de côté pour absorber. On va connaître un déficit pour la première fois, mais c'est la vie du secteur et d'une entreprise, on a fait du chômage technique et ça nous a sauvés. On ne licenciera pas. On a perdu environ 500 000 euros cette année, sur un budget de quasiment huit millions. L'international est à l'arrêt et on sait que la formation nationale n'est pas rentable, ce sont les activités annexes qui le sont. La crise a tapé sur la formation internationale". 

Dirigeables et personnel de cabines

Tous les séminaires/évènements, les prestations, la restauration et l'hébergement ont en effet été mis à l'arrêt entre la mi-mars et le mois de septembre. La perte sèche a été évaluée à 270 000 euros pour le Campus Entreprises (séminaires). La perte totale est estimée à "environ 70% du chiffre d'affaires 2020" selon les documents internes. Pour autant, la rentrée a bien eu lieu, avec des effectifs en légère baisse sur la formation initiale (258) par rapport à la rentrée précédente (287). Surtout, les investissements continuent. Aérocampus a ainsi signé un protocole de coopération avec Flying Whales, l'entreprise de dirigeables qui a prévu de s'installer à Laruscade pour faire voler ses premiers engins en 2024 destinés à porter des charges lourdes (bois, pales éoliennes, pylônes électriques). Un moyen pour le site de Latresne de voir plus loin et d'aller chercher de nouveaux agréments aéronautiques (L5 pour dirigeables) et d'accueillir de nouveaux éléments pour des formations de maintenance ou de fabrication de l'airship des engins.

Un autre projet de formation est en préparation, il sera dédié au personnel navigant. En plus d'offrir une diversification supplémentaire au site, cette nouvelle branche de formation professionnelle permettra à l'Aérocampus d'être agréé CCA (Cabin Crew Attestation) "sous six à huit mois" puis, dans un second temps, de devenir un centre d'examen pour les personnels de cabine agréé par la DGAC (Direction générale de l'aviation civile). "Les besoins de formation de ce personnel navigant sont assez énormes puisqu'ils ont l'obligation, tous les ans, d'opérer une mise à niveau de leur formation continue, que ce soit pour les vols commerciaux ou les jets d'affaire. Nous sommes en capacité de devenir un pôle de formation", a précisé Jérôme Verschave. En plus de l'utilisation des plateaux techniques déjà existants (matériel de maintenance), le site de Latresne prévoit d'investir dans des locations de plateaux ou de cabines pour des exercices pratiques (environ 230 000 euros en fourchette haute), essentiellement du matériel de sécurité et une cabine feu. Ce nouvel équipement devrait être implanté au sein du nouveau pôle avionique qui a pris quelques mois de retard mais dont la livraison est toujours prévue fin 2021. 

Avenir et Tarmaq

Enfin, Aérocampus pourrait également être retenu pour participer au Programme d'Investissements d'Avenir "Territoires d'Innovation Pédagogique - Campus des Métiers et Qualifications" dont le but est de développer de nouvelles formations innovantes. Financé à hauteur de 5 millions d'euros (à 20% par des partenaires publics, 30% privés et 50% par le budget PIA), il servira à "mettre à jour le matériel de formation, parfois un peu vétuste. Nous avons besoin de 700 000 mécaniciens d'ici 2035. Avec le coronavirus, le besoin s'est ralenti en raison de la baisse du trafic mais le besoin en renouvellement de postes, lui, s'est accéléré", a commenté Christian Delmas, en charge de la maintenance chez Airbus. Le dossier doit être déposé le 22 septembre.

Les choses ont été bien moins précises, en revanche, dès qu'il s'est agi d'évoquer le projet Tarmaq, la cité des savoirs aéronautiques et spatiaux de Mérignac, qui n'a pas donné beaucoup de nouvelles depuis sa première présentation en 2018. Le conseil municipal de Mérignac a voté la semaine dernière l'adhésion de la ville à l'association de préfiguration du projet, faisant de la ville un membre de droit au même titre que la région, la métropole ou Aérocampus. "Nous n'avons plus la maîtrise d'œuvre et beaucoup de cadres de notre équipe partent mener le projet. Les terrains sont en cours d'acquisition, le business model est validé, nous en sommes au montage opérationnel. Pour nous, c'est compliqué, mais on reste membre fondateur". On a bien senti les esprits s'agiter un peu au moment de répartir les rôles sur Tarmaq, qui s'est vu désigner un nouveau président en août dernier. Une convention devrait bientôt voir le jour et fixer, de manière plus précise, les champs de collaboration entre Tarmaq et Aérocampus, mais une chose est sûre : "les deux ne devraient pas se concurrencer sur le volet formation et les séminaires. Il n'y aura pas de formation avionique à Tarmaq". "Le job d'Aérocampus, c'est la formation et les initiatives vers cette formation. Ça ne signifie pas qu'Aérocampus ne va pas intervenir, mais je n'ai pas souhaité qu'il s'occupe de tout. En revanche", a temporisé Alain Rousset, président de la région Nouvelle-Aquitaine, "je ne verrai aucun inconvénient à ce que l'Aérocampus s'occupe de formation dans le naval...". La région a aussi, toujours, l'ambition de réitérer le modèle d'Aérocampus pour le ferroviaire à Saintes. Si le projet Tarmaq a l'air d'être un peu devenu une affaire d'ambitions entre la collectivité et le centre de formation qu'elle a largement contribué à monter, on attendra les prochains mois en espérant y voir un peu plus clair... 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
3601
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !