Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

10/08/20 : La ministre de l'Ecologie et de la transition écologique Barbara Pompili se rendra à Anglet, suite à l'incendie de la Forêt de Chiberta ce mercredi. A cette occasion, elle rencontrera les élus et associera l'Etat à un nouveau plan de reboisement

07/08/20 : Suite au décret du 30 juillet dernier, le préfet des Pyrénées-Atlantiques a décidé de rendre obligatoire le port du masque dans l'espace public dans les communes de Bidart, Espelette, Guéthary et Saint-Jean-Pied-de-Port.

05/08/20 : Dès aujourd'hui, le port du masque est obligatoire dans les secteurs piétonniers d'Hossegor.

05/08/20 : Jean-Baptiste Irigoyen, le maire de Saint-Jean-Luz a fait savoir en début de soirée que sa ville rejoignait le club des villes du littoral basque exigeant le port du masque dans le centre-ville et notamment la rue piétonne Gambetta hyper fréquentée

04/08/20 : A compter du 05 août et jusqu'à nouvel ordre, le département de la Gironde et du Lot-et-Garonne sont placés en vigilance orange pour le risque "feux de forêt". Le département des Landes a cette vigilance depuis le 29 juillet dernier.

30/07/20 : 600 millions d'euros, c'est l'enveloppe annoncée par le premier ministre au président des Régions de France Renaud Muselier dans le cadre d'un "accord de méthode" signé à Matignon pour préserver leur capacité d'investissements après la crise du Covid

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 10/08/20 | Charente-Maritime : situation critique pour les cours d'eau

    Lire

    En Charente-Maritime, la baisse des cours d'eau s'aggrave inexorablement depuis fin juillet. La préfecture a pris des mesures de limitation provisoires des usages agricoles de l'eau, jusqu'au 31 octobre. Il est interdit d'irriguer les week-ends sur les bassins Antenne-Rouzille, Boutonne, Seudre, Seugne, Charente aval et Bruant; limité la semaine à 7% du volume estival habituel. Au niveau des marais de Rochefort, les prélèvements sont interdits entre 10h et 19h, et limité à 7% le reste du temps.

  • 10/08/20 | La Ville de Bordeaux aide Beyrouth

    Lire

    La Ville de Bordeaux vient de décider d’abonder de 20 000 € le fonds d’urgence débloqué par Bordeaux Métropole pour venir en aide au Liban suite à la catastrophe à laquelle il doit faire face. Dans un communiqué, le maire, Pierre Hurmic « adresse au nom des Bordelaises et Bordelais, tous nos vœux de courage et d’espérance à Beyrouth et à ses habitants, ainsi qu’à la communauté libanaise vivant à Bordeaux .»

  • 10/08/20 | Le Théâtre Caballicare pose un sabot à la Gaubertière

    Lire

    Sabrina Lepienne et sa troupe seront au rendez-vous avec un nouveau spectacle équestre sur le site de la Gaubertière dans les Deux-Sèvres : Centauresque II. A cheval ou à pieds, cette troupe exceptionnelle présentera du 14 août au 12 septembre 2020 une création authentique et intimiste. Les réservations et informations pratiques sont à faire sur le site de la troupe artistique !

  • 10/08/20 | Le Bal des Cèdes en streaming

    Lire

    Les 15 et 16 août prochains, la 1ère édition du festival de musique Le Bal des Cèdes va se tenir à Bègles. Compte-tenu de la crise sanitaire, ce festival, dont la programmation artistique est riche et diversifiée, aura lieu en streaming sur la page YouTube du festival ou en Facebook live. Les organisateurs, souhaitant oeuvrer pour plus de solidarité, ont choisi de reverser tous les bénéfices de cet évènement à Plan International. La collecte de dons se fait sur la plateforme Tipeee. Pour suivre les lives

  • 09/08/20 | Un cluster de Covid à Idaux-Mendy en Soule

    Lire

    L’ARS Nouvelle-Aquitaine signale l’existence d’un cluster à Idaux-Mendy (64); Il s’est formé lors d’un stage organisé par une association toulousaine fin juillet dans un gîte de la commune. Un premier cas positif a été détecté au retour à Toulouse le 31 juillet chez un enfant symptomatique, puis chez un deuxième enfant le lendemain. Tous deux avaient participé au même séjour à Idaux-Mendy. Au total, 6 enfants et 1 éducateur ont été contaminés. Le cluster est géré par l’ARS Occitanie en lien avec Nouvelle-Aquitaine, afin d’établir un traçage efficace.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Covid-19 : Quand les chauves-souris se retrouvent au banc des accusés

18/04/2020 | La chauve-souris est soupçonnée d’avoir transmis le virus à l’Homme. La contamination de l’animal à l’Homme ne se fait pourtant pas si facilement.

Une colonie de Rhinolophus ferrumequinum à Caillaude-La Ronde en Charente-Maritime

« C’est à cause d’elles qu’il y a le Covid-19 ! » Cette accusation, Sébastien Roué l’a entendue à plusieurs reprises depuis le début du confinement. Ce bénévole en charge du suivi du groupe chiroptères Aquitaine ainsi que les associations environnementales de la région ont reçu des coups de fils de personnes inquiètes de la présence de chauves-souris près de chez elles. « Les gens nous demandent si elles risquent de les contaminer au Covid-19 », rapporte Sébastien Roué, « pour l’instant, il n’y a pas péril en la demeure, ceux qui nous appellent en sont au stade des interrogations, mais il va falloir faire beaucoup de pédagogie dans les prochains mois si on veut s’éviter des drames ».

Ce que craignent les associations environnementales ? « Le coup de balai sur les chauves-souris qui se seront posées sur un clou derrière un volet. On risque d’avoir des soucis de ce genre avec leur sortie d’hibernation qui commence à peine, alors qu’elles rejoignent leurs gîtes d’été dans les greniers, les granges et les anfractuosités de bâtiments », explique Maxime Leuchtmann, coordinateur du groupe chiroptères de Poitou-Charentes. « À chaque épidémie, ce sont les mêmes inquiétudes qui refont surface, sans compter tous les clichés négatifs liés à l’image de la chauve-souris », observe Sébastien Roué, à qui le contexte actuel rappelle celui d’une ancienne psychose autour des cas de rage. Les associations environnementales prennent le sujet très au sérieux car il y a déjà eu des atteintes portées aux chiroptères lors de précédentes épidémies, notamment en Chine à la suite de la pandémie de SARS (1). Pour ne pas avoir à retrouver de chauves-souris mortes ou volontairement blessées dans les prochains mois, la Société française pour l'étude et la protection des mammifères (SFEPM) et la fédération des Conservatoires d’espaces naturels (CEN) planchent actuellement sur un document pédagogique (début mai) à destination du grand public pour expliquer les caractéristiques de l’animal et démonter les idées reçues. Ces dernières ne manquent pas, à commencer sur les réseaux sociaux.  À @qui ! nous avons donc demandé à deux spécialistes de répondre aux principales questions, inquiétudes et idées reçues liées au Covid-19.

Les chauves-souris sont-elles porteuses du SARS-Cov2, responsable de la maladie Covid-19 ?

Oui et non. Du moins pas au sens strict du terme. « Il y a encore beaucoup d’inconnues sur l’origine de ce virus », explique Dominique Pontier, éco-épidémiologiste, professeure à l’université de Lyon I et partenaire de l’action “Veille Sanitaire” du Plan national d’actions en faveur des chiroptères (PNA) de Nouvelle-Aquitaine. « Ce que l’on sait aujourd’hui, c’est qu’il y a une grande proximité biologique entre un coronavirus porté par une espèce de chauves-souris (Rhinolophus affinis) chinoise, mais aussi avec un autre porté par les pangolins, sans être à 100% les mêmes. En l’état actuel des recherches, on pense que le SARS-CoV-2 est probablement issu d’une recombinaison entre ces deux virus». En clair, le SARS-CoV-2 serait comme un cousin mutant des coronavirus trouvés chez ces deux animaux. Mais les barrières biologiques entre les espèces sont tellement importantes que la recombinaison du virus ne s’est certainement pas faite du jour au lendemain. « Pour qu’un virus entre dans un autre organisme que celui de l’animal porteur, il faut que le virus ait la « clé » de la « serrure » de l’organisme qu’il veut contaminer. Or le coronavirus porté par la chauve-souris incriminée n’a pas la bonne clé pour contaminer l’Homme, alors que le pangolin aurait cette clé, tout en ayant un coronavirus apparenté mais pas tout à fait identique au SARS-CoV-2 », explique Jean-François Julien, chargé de recherches en écologie au Muséum national d’histoire naturelle de Paris. « On suppose donc qu’il y a eu une ou plusieurs autres espèces animales qui ont pu servir d’hôtes intermédiaires, dans lesquelles la mutation a pu se produire pour donner la version du SARS-CoV-2 actuelle », poursuit Dominique Pontier. Pour l’épidémiologiste, « le virus circule peut-être depuis longtemps sous une autre forme chez d’autres espèces animales, mais les proximités génétiques identifiées jusqu’à présent entre les virus ne nous permettent pas d’avoir des informations sur la chaine de transmission de l’animal à l’Homme ».

Murin à moustache

 Le grand quart Sud Ouest de la France accueille à lui seul un quart des populations de certaines espèces de France. Ici, un murin à moustaches.

Nos chauves-souris de France sont-elles porteuses de la même souche de coronavirus que celles de Chine ?

Non. « Pour l’instant, on est quasi certain qu’il n’y a pas de souche de SARS-Cov-2  chez les chauves-souris d’Europe », explique Jean-François Julien. La France abrite pourtant elle aussi des rhinolophes, le genre dans lequel la base du SARS-CoV-2 a été trouvé. « Des études ont montré qu’elles étaient porteuses de plusieurs types de coronavirus, mais aucun qui corresponde à la souche du SARS-Cov-2 ». Ce qui n’exclut pas que d’autres espèces de chiroptères, peut-être même dans d’autres pays, puissent être porteuses de cette même souche. Là aussi la recherche a encore beaucoup d’interrogations. Et tant qu’il y a des inconnues en sciences,  « rien n’est impossible », comme l’explique Dominique Pontier, « les chauves-souris restent des animaux mal connus. On ne les étudie que depuis quelques décennies ». Le sujet est d’autant plus complexe qu’il existe un peu plus de 1 400 espèces de chiroptères à travers le monde, avec des biologies et des écosystèmes différents. « Les chercheurs chinois estiment que leurs populations de chiroptères pourraient abriter plus de 5 000 types de coronavirus, alors qu’ils en ont concrètement identifiés 500 », poursuit Jean-François Julien. Un chiffre qui ne doit pas effrayer pour autant. « Chez nous, les chiroptères seraient des porteurs sains d’une centaine de virus, mais comme de nombreux animaux sauvages finalement ! Les écureuils et les souris, par exemple, sont les deux premiers vecteurs de zoonoses. Nous-mêmes, êtres humains, nous trimballons sans le savoir une vingtaine de virus, dont quelques coronavirus responsables de rhumes bénins », relativise le chercheur. 

Une chauve-souris peut-elle contaminer l’Homme directement ?

Non. Du moins c’est toujours possible, mais il faut vraiment le faire exprès. En tout cas, la différence biologique entre les organismes des chauves-souris et le nôtre est trop importante pour que l’animal puisse nous contaminer par sa seule présence à nos côtés, en respirant la même atmosphère. « Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y ait pas de risque zéro », nuance Dominique Pontier, « mais il faut vraiment être en lien rapproché avec l’animal pour qu’il y ait contamination : la capturer pour la tuer, la dépecer sans protection, la manger (comme en Chine), bref être en contact directe avec les viscères, le sang et autres sécrétions ». En France, la chauve-souris peut transmettre la rage par sa morsure, « ce qui implique de ne pas être vacciné, de la prendre à pleine main, sans précaution et sans protection, comme des gants». Aucun danger que la bête vienne à vous spontanément pour jouer les vampires : les chauve-souris sont plutôt craintives et détestent le bruit. Quant aux espèces hématophages (les Desmodontinae), elles ne vivent pas sous nos latitudes et préfèrent généralement les autres animaux. Les excréments peuvent être éventuellement un vecteur indirect de maladies, si de l’urine a touché un fruit sur un arbre par exemple. « Mais pas plus pas moins que de l’urine d’un autre animal sauvage. Dans le doute, il suffit de passer le fruit sous l’eau, comme d’habitude », souligne Jean-François Julien. Le chercheur insiste : « Dans notre pays, on a plus de probabilité d’attraper la maladie de Lyme avec une tique que d’être contaminé par de l’urine de chauve-souris ! ». Idem pour les excréments, il suffit de prendre quelques précautions. Maxime Leuchtmann recommande aux propriétaires de gîtes à chiroptères d’attendre que le guano déposé au sol soit bien sec avant de le retirer, de mettre un masque pour s’éviter les poussières et de bien se laver les mains une fois l’opération terminée. « Le risque zéro n’existant pas, on peut toujours prendre des précautions. Mais cela fait des milliers d’années que les chauves-souris d’Europe côtoient les habitats des humains, et que globalement, la cohabitation se passe bien », rappelle Jean-François Julien, « Et qui sait ? Peut-être même qu’à force de les côtoyer, nous ayons développé depuis longtemps des anticorps permettant de nous protéger d’un certain nombre de virus considérés comme bénins aujourd’hui ». 

Petit rhonolophe en hibernation dans une cavité à Jonzac en Charente-Maritime

 Petit rhinolophe en hibernation dans une cavité à Jonzac, en Charente-Maritime.

 

Pourquoi c’est important de protéger les chauves-souris

D’abord parce que c’est une espèce protégée depuis 1975. Au-delà cet aspect juridique, les chauves-souris  contribuent à l’équilibre de la biodiversité. Sur les 1 400 espèces recensées à travers le monde, elles peuvent être frugivores, nectarivores, insectivores... En France, et plus généralement en Europe, elles se nourrissent principalement d’insectes. « Il n’y a pas meilleur outil naturel de démoustication », affirme Jean-François Julien. Son appétence pour les petits parasites volants en fait aussi un excellent axillaire de l’agriculture et de nos jardins.  Mais comme de nombreux animaux sauvages, les chiroptères sont menacés par l’activité humaine : pesticides, éoliennes, destruction de leurs habitats, pollution sonore et lumineuse. Aujourd’hui, la plupart des 36 espèces de chiroptères de France sont considérées comme « vulnérable », « en danger » ou « menacées » d’extinction. En dix ans, ses populations ont décru de 30%, selon une étude réalisée par le muséum d’histoire naturelle en 2015. En Nouvelle-Aquitaine, 17 espèces, sur les 29 qu’abrite la région, sont considérées comme « prioritaires » en termes de protection. Or, le grand quart Sud-Ouest de la France accueille à lui seul un quart des populations de certaines espèces de France, dont le Grand rhinolophe, le rhinolophe Euryale et la Barbastelle d’Europe.

 

Note/ Contacts pour renseignements ou en cas de découverte de chauve-souris blessée :

- 86 : Vienne Nature (Alice CHERON) : alice.cheron@vienne-nature.fr

- 79 : Deux-Sèvres Nature Environnement (Angèle CASTETS) : angele.castets@dsne.org

- 16 : Charente Nature (Matthieu DORFIAC) : mdorfiac@charente-nature.org

- 17 : Nature-Environnement 17 (Maxime LEUCHTMANN) : maxime.leuchtmann@ne17.fr

- Limousin : Groupe Mammalogique et Herpétologique du Limousin (Manon DEVAUD) : m.devaud@gmhl.asso.fr

- Aquitaine : Groupe Chiroptères Aquitaine (Sébastien ROUE) : chiropteres.aquitaine@gmail.com

 

(1)   SRAS : Syndrome respiratoire aigu sévère. Souche de l'espèce de coronavirus SARSr-CoV, cet agent infectieux (nommé SARS-CoV ou SARS-CoV-1) serait apparu en novembre 2002 dans la province du Guangdong, en Chine. Entre le 1er novembre 2002 et le 31 août 2003, le virus aurait infecté 8 096 personnes dans une trentaine de pays, causant 774 décès, essentiellement en Chine, à Hong Kong, à Taïwan, et en Asie du Sud-Est.

 

[Mise à jour du 4 mai 2020] : La société française pour l'étude et la protection des mammifères vient de publier son document pédagogique sur "Cohabiter avec les chauves-souris". Le consulter ici. 

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Maxime Leuchtmann

Partager sur Facebook
Vu par vous
13316
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 12 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !