Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

10/08/20 : La ministre de l'Ecologie et de la transition écologique Barbara Pompili se rendra à Anglet, suite à l'incendie de la Forêt de Chiberta ce mercredi. A cette occasion, elle rencontrera les élus et associera l'Etat à un nouveau plan de reboisement

07/08/20 : Suite au décret du 30 juillet dernier, le préfet des Pyrénées-Atlantiques a décidé de rendre obligatoire le port du masque dans l'espace public dans les communes de Bidart, Espelette, Guéthary et Saint-Jean-Pied-de-Port.

05/08/20 : Dès aujourd'hui, le port du masque est obligatoire dans les secteurs piétonniers d'Hossegor.

05/08/20 : Jean-Baptiste Irigoyen, le maire de Saint-Jean-Luz a fait savoir en début de soirée que sa ville rejoignait le club des villes du littoral basque exigeant le port du masque dans le centre-ville et notamment la rue piétonne Gambetta hyper fréquentée

04/08/20 : A compter du 05 août et jusqu'à nouvel ordre, le département de la Gironde et du Lot-et-Garonne sont placés en vigilance orange pour le risque "feux de forêt". Le département des Landes a cette vigilance depuis le 29 juillet dernier.

30/07/20 : 600 millions d'euros, c'est l'enveloppe annoncée par le premier ministre au président des Régions de France Renaud Muselier dans le cadre d'un "accord de méthode" signé à Matignon pour préserver leur capacité d'investissements après la crise du Covid

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 10/08/20 | Charente-Maritime : situation critique pour les cours d'eau

    Lire

    En Charente-Maritime, la baisse des cours d'eau s'aggrave inexorablement depuis fin juillet. La préfecture a pris des mesures de limitation provisoires des usages agricoles de l'eau, jusqu'au 31 octobre. Il est interdit d'irriguer les week-ends sur les bassins Antenne-Rouzille, Boutonne, Seudre, Seugne, Charente aval et Bruant; limité la semaine à 7% du volume estival habituel. Au niveau des marais de Rochefort, les prélèvements sont interdits entre 10h et 19h, et limité à 7% le reste du temps.

  • 10/08/20 | La Ville de Bordeaux aide Beyrouth

    Lire

    La Ville de Bordeaux vient de décider d’abonder de 20 000 € le fonds d’urgence débloqué par Bordeaux Métropole pour venir en aide au Liban suite à la catastrophe à laquelle il doit faire face. Dans un communiqué, le maire, Pierre Hurmic « adresse au nom des Bordelaises et Bordelais, tous nos vœux de courage et d’espérance à Beyrouth et à ses habitants, ainsi qu’à la communauté libanaise vivant à Bordeaux .»

  • 10/08/20 | Le Théâtre Caballicare pose un sabot à la Gaubertière

    Lire

    Sabrina Lepienne et sa troupe seront au rendez-vous avec un nouveau spectacle équestre sur le site de la Gaubertière dans les Deux-Sèvres : Centauresque II. A cheval ou à pieds, cette troupe exceptionnelle présentera du 14 août au 12 septembre 2020 une création authentique et intimiste. Les réservations et informations pratiques sont à faire sur le site de la troupe artistique !

  • 10/08/20 | Le Bal des Cèdes en streaming

    Lire

    Les 15 et 16 août prochains, la 1ère édition du festival de musique Le Bal des Cèdes va se tenir à Bègles. Compte-tenu de la crise sanitaire, ce festival, dont la programmation artistique est riche et diversifiée, aura lieu en streaming sur la page YouTube du festival ou en Facebook live. Les organisateurs, souhaitant oeuvrer pour plus de solidarité, ont choisi de reverser tous les bénéfices de cet évènement à Plan International. La collecte de dons se fait sur la plateforme Tipeee. Pour suivre les lives

  • 09/08/20 | Un cluster de Covid à Idaux-Mendy en Soule

    Lire

    L’ARS Nouvelle-Aquitaine signale l’existence d’un cluster à Idaux-Mendy (64); Il s’est formé lors d’un stage organisé par une association toulousaine fin juillet dans un gîte de la commune. Un premier cas positif a été détecté au retour à Toulouse le 31 juillet chez un enfant symptomatique, puis chez un deuxième enfant le lendemain. Tous deux avaient participé au même séjour à Idaux-Mendy. Au total, 6 enfants et 1 éducateur ont été contaminés. Le cluster est géré par l’ARS Occitanie en lien avec Nouvelle-Aquitaine, afin d’établir un traçage efficace.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | iQspot : « une solution clé en main pour lutter contre les dérives de consommation »

16/06/2020 | Julien Bruneau, co-fondateur d’iQspot, « une solution clé en main pour collecter en temps réel les données énergétiques des bâtiments et alerter sur les dérives de consommation »

Julien Bruneau, co-fondateur d'iQspot

Détecter automatiquement les consommations inhabituelles dans les bâtiments à usage tertiaire, mesurer l’impact des travaux de réparation ou d’amélioration et étudier le comportement des bâtiments en fonction de la météo, pour agir efficacement en faveur de la transition énergétique immobilière. Telles sont les missions d’iQspot, une solution adaptée pour lutter contre la déperdition énergétique. Rencontre avec l’un des fondateurs Julien Bruneau…

@qui ! : Quelle est la genèse d’iQspot ?
Julien Bruneau :
Ce projet, cette entreprise, est le fruit de rencontres. En effet, alors que je préparai ma thèse à l’Inria à Bordeaux, j’ai partagé, échangé sur la possibilité de réduire les consommations énergétiques en s’appuyant sur les nouvelles technologies. J’ai rencontré des entrepreneurs, des porteurs de projets, nous avons échangé autour de nos connaissances, de nos expériences. De fil en aiguille le projet s’est construit. Quentin Enard, un autre doctorant, partageait les mêmes idées que les miennes. A l’heure de décider de ce que nous allions faire après notre thèse, nous nous sommes lancés dans l’entrepreneuriat afin que nos recherches prennent sens. C’est ainsi qu’iQspot est née en 2015, une solution pour faciliter et valoriser les diminutions de consommations dans les bâtiments à usage tertiaire.

@ ! : En quoi consiste concrètement cette solution ?
J. B. :
Concrètement, nous avons sélectionné des capteurs sans fil sélectionnés en France que nous positionnons sur les compteurs énergétiques des bâtiments (eau, gaz, électricité, réseaux chaud/froid…). Ces capteurs permettent de comprendre en temps réel les données énergétiques des bâtiments et alerter ainsi sur les dérives de consommation. Toutes ces données sont collectées au sein d’une plateforme où elles sont analysées par des algorithmes. Nous les avons voulues ergonomiques et simples afin qu’elles soient accessibles à tous gestionnaires ou financiers de bâtiments. En clair, iQspot détecte automatiquement les consommations inhabituelles, mesure l’impact des travaux de réparation ou d’amélioration et étudie le comportement des bâtiments en fonction de la météo, pour agir efficacement en faveur de la transition énergétique immobilière.

iQspot


Dès la première année d’exercice, 15% de consommation énergétique en moins
@ ! : Quelle est votre ambition avec cet outil ?
J. B. :
Nous souhaitons véritablement que davantage de bâtiments tertiaires soient connectés afin d’être plus performants énergétiquement. En effet, même les bâtiments les plus récents ne sont pas si modernes que cela en termes d’économie d’énergie. Avec cette solution, nous espérons vivement qu’ils soient moins énergivores. Du reste, ceux qui ont opté pour notre solution enregistrent dès la première année 15% de dépenses énergétiques en moins. Aussi, nous avons voulu que les comptes-rendus de données soient simples à analyser afin que les gestionnaires et financiers puissent en toute autonomie les analyser. Le but premier d’iQspot n’est pas d’être indispensable mais bien d’apporter une solution pour épouser ce virage énergétique.

@ ! : Quelle est votre cible ?
J. B. :
Nous nous adressons principalement aux investisseurs en immobilier tertiaire que ce soient des foncières ou des gestionnaires immobiliers. Nous avons créé notre entreprise en 2015. Durant les deux-trois premières années, nous nous sommes concentrés sur la R&D. A ce jour, nous dénombrons une vingtaine de clients tels que CNP Assurance et La Française. Ces deux dernières années nous avons multiplié par huit le nombre de mètres carrés de bâtiments connectés. Nous sommes passés de 100 000 à 800 000m2. Notre activité commence à être connue et reconnue aux quatre coins de l’hexagone. La moitié de notre clientèle se situe en Ile-de-France où nous allons très prochainement implanter un bureau de collaborateurs, car à l’heure actuelle nous sommes situés principalement à Bordeaux avec une équipe de quinze salariés. La tendance va aller en s’accélérant inévitablement grâce au « décret tertiaire ».

@ ! : Qu’énonce précisément ce « décret tertiaire » ?
J. B. :
Le décret tertiaire énonce les modalités d’application de l’article 175 de la loi Elan. Il impose aux locataires et propriétaires de bâtiments ou parties de bâtiments tertiaires dont la surface est égale ou supérieure à 1 000m², un suivi et une diminution de leurs consommations énergétiques. Ces consommations énergétiques des bâtiments concernés doivent être envoyées sur une plateforme informatique gérée par l’ADEME dès 2021. En cas de non-respect de l’obligation, les obligés risquent une amende pouvant aller jusqu’à 7 500€. Au-delà de l’ADEME, les entreprises cotées en bourse doivent également, et ce depuis dix ans, transmettre leur « reporting énergétique ». En fait, ces structures doivent rendre des comptes à pas mal d’organismes d’un point vue énergétique. Tous les ans, les réglementations RSE contraignent les propriétaires et les locataires à fournir des reportings exigeants. Le fait de leur apporter cette solution qui permet de collecter leurs données et de les analyser leur facilite grandement la tâche.

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : iQspot

Partager sur Facebook
Vu par vous
6908
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 13 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !