Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

14/08/20 : Charente-Maritime : après Saint-Denis d'Oléron, Le Château et Fouras, le préfet vient de prendre un arrêté pour imposer le port de masque sur l'île de Ré, à Saintes et à Saint-Georges d'Oléron.

13/08/20 : Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, va proposer au vote lors de la prochaine plénière, une aide de 30 000 euros pour la population libanaise.

13/08/20 : Depuis hier après-midi, la Gironde est repassée en vigilance jaune pour le risque feux de forêt. Les mesures de restrictions concernant la circulation des véhicules motorisés, les activités ludiques et sportives et les travaux forestiers sont levées.

12/08/20 : A compter de 18h, le département des Landes est placé en vigilance orange aux orages.

11/08/20 : Charente-Maritime : 2000, c'est le nombre de bottes de paille qui vont être disposées un peu partout dans le département sur le trajet du Tour de France. Une quarantaine d'agents de la collectivité sont déployés sur l'opération à partir d'aujourd'hui

11/08/20 : La ministre de l'Ecologie et de la transition écologique Barbara Pompili se rendra à Anglet, suite à l'incendie de la Forêt de Chiberta ce mercredi. Auparavant elle sera passée à Biarritz pour évoquer le ramassage des plastiques dans l'océan.

07/08/20 : Suite au décret du 30 juillet dernier, le préfet des Pyrénées-Atlantiques a décidé de rendre obligatoire le port du masque dans l'espace public dans les communes de Bidart, Espelette, Guéthary et Saint-Jean-Pied-de-Port.

05/08/20 : Jean-Baptiste Irigoyen, le maire de Saint-Jean-Luz a fait savoir en début de soirée que sa ville rejoignait le club des villes du littoral basque exigeant le port du masque dans le centre-ville et notamment la rue piétonne Gambetta hyper fréquentée

04/08/20 : A compter du 05 août et jusqu'à nouvel ordre, le département de la Gironde et du Lot-et-Garonne sont placés en vigilance orange pour le risque "feux de forêt". Le département des Landes a cette vigilance depuis le 29 juillet dernier.

30/07/20 : 600 millions d'euros, c'est l'enveloppe annoncée par le premier ministre au président des Régions de France Renaud Muselier dans le cadre d'un "accord de méthode" signé à Matignon pour préserver leur capacité d'investissements après la crise du Covid

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 14/08/20 | Roselyne Bachelot au Prix Maison rouge de Biarritz

    Lire

    La ministre de la Culture Roselyne Bachelot sera présente ce vendredi soir à la remise du Prix Maison rouge à Biarritz, créé l'an dernier à l'initiative de Frédéric Beigbeder et Frédéric Schiffert. Les membres du jury, présidé par l'écrivain et scénariste Philippe Djian, d'Isabelle Carré à Diane Ducret, ont un point commun: leur passion du Pays Basque où la plupart résident, qu'ils veulent doter d'un prix littéraire. Depuis des années, la nouvelle ministre de la Culture a toujours inscrit Biarritz au programme de ses vacances estivales.

  • 14/08/20 | Le devoir de vacances de Bruno Lemaire au Pays basque

    Lire

    L'an dernier, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, depuis son maison de vacances de Saint-Pée-sur Nivelle au Pays basque avait visité deux entreprises à Ascain. Cette année, son devoir de vacances consistait à se rendre, ce jeudi matin au poste frontière de Biriatou à une dizaine de kilomètres pour aller à la rencontre des douaniers. Et confirmer aussi, en présence des caméras d'infos en continu le plan de relance qu'il présentera en fin du mois. Ce ministre en matière de com ne s'économise pas. Même pendant ses vacances.

  • 14/08/20 | Rendez-vous le 15 août à Lacanau pour célébrer la traditionnelle « Fête de la mer »

    Lire

    Au programme : recueillement et hommage aux disparus en mer lors d’une messe en plein-air en compagnie des familles, sauveteurs, pêcheurs et surfeurs, puis dépôt de gerbe de fleurs dans l’océan, sur fond sonore des bandas et autres groupes de musique. Une journée de commémoration, mais aussi de festivités grâce aux animations et concerts proposés par la station littorale de Lacanau. Rendez-vous samedi 15 août à 19h00 au large de la plage de Lacanau.

  • 14/08/20 | Le port du masque obligatoire à Bordeaux

    Lire

    En lien avec l’ARS Nouvelle-Aquitaine, la préfète de Gironde et la mairie de Bordeaux ont décidé de rendre obligatoire le port du masque dans les espaces à forte concentration de population au regard de l’évolution de la situation sanitaire. Ainsi, à compter du samedi 15 août, le port du masque est obligatoire dans les rues Sainte-Catherine et de la Porte Dijeaux pour les personnes de onze ans et plus.

  • 14/08/20 | Après La Rochelle, le port du masque obligatoire sur les îles

    Lire

    Le préfet de Charente-Maritime a pris ce 12/08 plusieurs arrêtés préfectoraux imposant le port du masque dans certains espaces publics (rues piétonnes, marchés, zones commerciales) à Fouras, Saint-Denis d’Oléron et au Château d’Oléron. Ces arrêtés permettent notamment de dresser des contraventions de 135€ et de 1500€ en cas de récidive dans les 15 jours. Les contrôles seront renforcés. Un nouvel arrêté émis le 14 impose le masque sur l'île de Ré, à Saintes et à Saint-Georges d'Oléron.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Villenave d'Ornon ouvre son tout premier Espace Naturel Sensible

18/02/2020 | Quatorze ans après avoir initié le projet, le domaine de la Vallée de l'Eau Blanche et ses 83 hectares d'Espace Naturel Sensible sont ouverts au public. Récit.

Isabelle Maillé, Benoît Lafosse et Serge Barande ont inauguré l'Espace Naturel Sensible de la Vallée de l'Eau Blanche

Ce mardi 18 février 2020 marque l'ouverture officielle au public du sentier d'interprétation imaginé autour du domaine de la Vallée de l'Eau Blanche. Les premiers soubresauts du projet d'Espace Naturel Sensible remontent à 2006 avec les premières préemptions de terrains réalisées par la commune. Situé au sud de Villenave d'Ornon (33), la vallée de l'Eau Blanche abrite différentes espèces d'oiseaux, de gibiers et de coléoptères. Une précieuse réserve de biodiversité développée patiemment avec les propriétaires terriens.

« Sans les terrains et les propriétaires, rien n'aurait été possible » affirment les représentants de la commune. A partir de 2006, la mairie s'engage dans un programme de rachat de terres situées sur les 83 hectares de la Vallée de l'Eau Blanche, en partenariat avec le Conseil départemental de Gironde et Bordeaux Métropole (ou plus exactement son ancêtre la CUB). La commune est aujourd'hui propriétaire à 66% de cet Espace Naturel Sensible, le premier pour la ville du sud de la métropole bordelaise. Au total, les acquisitions entreprises et le plan de gestion du site qui en découle représentent 3 millions d'euros d'investissements. Le projet environnemental mené sur plus de deux mandats électoraux prévoyait depuis ses débuts une ouverture au public. C'est chose faite avec un premier sentier d'interprétation de 1500 mètres adapté aux personnes à mobilité réduite, sillonnant entre marécages, prairies et forêt. Un second doit ouvrir dans le courant de l'année.

 

Des palissades en bois baptisées

Population en hausse

« Il faut venir le soir vers 17 ou 18h, conseille Benoît Lafosse. C'est un spectacle sans équivalent. » Le plasticien de l'environnement est celui qui a imaginé le sentier de la Vallée de l'Eau Blanche. A force de côtoyer des centaines de hérons garde-bœufs, il s'est forcément pris d'admiration. Ces oiseaux blancs au bec orangé et perchés sur de fines pattes mesurent presque un mètre de haut et investissent chaque soir un dortoir collectif naturel dans les marais du sud villenavais. « Nous sommes passés de 200 becs en 2019 à plus de 880 début février » constate Serge Barande, en charge du suivi écologique pour le bureau d'études Écosphère. Une fierté d'autant plus affirmée que le gardien du microcosme est né et a grandi autour du domaine, fait aujourd'hui de marécages, prairies, forêt, lacs et anciens bassins maraîchers. « Nous avons retracé les chemins déjà existants. Il fallait conserver l'histoire humaine du site » souligne Isabelle Maillé, chargé de l'Espace Naturel Sensible pour la commune.

 

Isabelle Maillé, Serge Barande et Gilles Montuzet se connaissent depuis longtemps en tant que Villenavais d'origine.

Rocade et cresson

Dans les années 1960, la Vallée de l'Eau Blanche est alimentée par des « esteys » - petits ruisseaux - reliés au fleuve Garonne. Une arrivée d'eau fluviale qui permet le développement d'une activité économique de pêche mais aussi de maraîchage. « Notre père possédait une cressonnière importante sur le site » témoignent Gilles et Jean-Claude Montuzet, nés à Villenave d'Ornon et propriétaires de 5 hectares dans la Vallée de l'Eau Blanche. Les deux frères ont encore le souvenir de l'eau fraîche qui court entre les tiges verdoyantes du cresson cultivé dans une suite de bassins fluviaux. Alors quand la mairie de Villenave d'Ornon parle d'en faire un espace protégé et ouvert au public, les Montuzet, propriétaires historiques, font les gros yeux. « Nous avons suivi le projet et constaté qu'il était cohérent avec la nature » reconnaît finalement Gilles. Les terres de la famille doivent être prochainement confiées à la commune pour y développer encore l'Espace Naturel Sensible. La cressonnière quant à elle, pourrait être en partie remise en service pour titiller la curiosité des visiteurs. Juste à côté, s'y trouvent des lacs profonds de 15 mètres. Ceux-ci sont apparus suite à l'exploitation de « graves », utilisés pour le revêtement de la rocade de Bordeaux. Le site conserve effectivement toujours les traces de son histoire.

 

Le sentier d'interprétation fait la part belle à l'ancienne cressonnière, aujourd'hui asséchée, de la famille Montuzet

Chasse interdite

« En 500 mètres, nous avons entendu à six reprises le bouscarle de Cetti » enseigne Serge Barande, admirateur du petit oiseau. Mais un bruit vient perturber l'écoute paisible de son chant : celui du train de la ligne Bordeaux-Toulouse. Difficile d'isoler entièrement le milieu naturel de la trace de l'Homme. Néanmoins, la faune ne semble pas perturbée. « Les oiseaux savent reconnaître le danger. A force d'entendre le train ils éprouvent un phénomène d'habituation. Quand il y a un coup de fusil en revanche, ils s'envolent tous » observe Serge Barande. La chasse est d'ailleurs interdite sur l'Espace Naturel Sensible de la Vallée de l'Eau Blanche. Le site accuse néanmoins d'un lourd passif entre chasses de gibiers et ball-trap. De quoi retrouver des traces de plomb et d'argile dans les eaux d'une partie des marécages. Mais le temps de la repentance est venu, avec comme engagement premier de maintenir, au mieux améliorer, la population faunique présente. L'état d'esprit ? « Allier une gestion écologique pour l'environnement et économique pour les propriétaires » montre Isabelle Maillé. Ou comment co-construire un espace en préservant la nature et les histoires qui l'ont forgé.

Maxime Giraudeau
Par Maxime Giraudeau

Crédit Photo : Maxime Giraudeau

Partager sur Facebook
Vu par vous
7040
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 17 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !