Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Plusieurs centaines de personnes ont défilé ce jeudi à la mi-journée à Bordeaux comme un peu partout en France à l'appel de plusieurs syndicats (CGT, FSU, Solidaires) pour dénoncer le plan de relance gouvernemental et les plans sociaux.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

13/09/20 : A Beynac, plusieurs centaines de personnes, des dizaines d’élus dont le député des Pyrénées Atlantique, Jean Lassalle sont présents ce dimanche matin à la manifestation en soutien au projet de contournement, qui a été invalidé par la justice.

11/09/20 : Les fortes chaleurs annoncées ces prochains jours (de 31° samedi à 36° lundi et mardi)conjuguées à la sécheresse des sols, ont conduit la préfète de la Gironde à élever la vigilance risque feux de forêt au niveau orange du 12 au 15 septembre inclus.

10/09/20 : Reporté du 31 août au 7 septembre en raison de la COVID-19, le concours de Bordeaux dévoile son palmarès. 990 médailles ont été attribuées sur les 3 427 vins candidats soit 28,8% : 327 médailles d'or, 420 médailles d'argent et 243 médailles de bronze.+ d'info

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

10/09/20 : Pour le centenaire d'aquitanis, arc en rêve propose de visiter l'architecture contemporaine à l'occasion des Journées Européennes du Patrimoine. Les visites se dérouleront au Grand Parc le 19 septembre à partir de 11h puis à la Benauge le 20 septembre.

10/09/20 : "Adolescentes", le long métrage documentaire de Sébastien Lifshitz, sorti hier, a reçu 100 000€ d'aides de la Région (écriture et production). Ce film, dont le tournage s'est étalé sur 5 ans, suit l'adolescence de 2 collégiennes puis lycéennes brivistes

09/09/20 : Suite aux résultats positifs au test Covid de l’un de ses agents à la crèche municipale du quai Chaho, 3 nouveaux cas d'agents du même établissement ont contraint la Ville de Bayonne à une fermeture de celle-ci pour au moins 8 jours jusqu'au 9 septembre.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/09/20 | Location saisonnière : 22 villes interpellent l'Union Européenne

    Lire

    Ce jeudi, le maire de Bordeaux Pierre Hurmic était au côté des 21 autres maires de villes européennes pour demander une évolution de la règlementation sur la location saisonnière auprès de Margrethe Vestager, commissaire européenne à la concurrence. Leur but : obtenir plus de pouvoir de régulation de cette activité et "poursuivre les plateformes en cas de manquement à la règlementation locale". Des mesures en ce sens sont attendues dans un futur Acte européen pour les services numériques. À Bordeaux, environ 4 300 logements entiers sont soustraits du parc locatif privé.

  • 21/09/20 | À Bordeaux, Montaigne se cache encore

    Lire

    Le squelette en bon état de conservation d'un individu de sexe masculin, c'est ce qu'a découvert l'équipe de scientifiques qui a ouvert ces derniers jours le contenant en plomb retrouvé fin 2018 dans les sous-sols du Musée d'Aquitaine, à Bordeaux. Etant supposément le cercueil du philosophe Michel de Montaigne, les recherches continuent. De futures analyses ADN (sur des morceaux de tissus et de supposés cheveux) doivent être menés dans les prochains mois. Les résultats ne sont pas attendus avant début 2021.

  • 21/09/20 | Bordeaux : le festival Animasia est maintenu

    Lire

    Le festival de la culture et pop culture asiatique se déroulera au Parc des Expositions de Bordeaux-Lac (Hall 2) les 10 et 11 octobre prochains. Pour cette seizième édition, Animasia mettra à l'honneur la gastronomie en Asie. Le nombre de places sera limité à 5 000 personnes maximum par jour et les billets seront disponibles uniquement sur la billetterie en ligne.

  • 20/09/20 | Covid 19 : 14 cas à la mairie de Périgueux

    Lire

    Suite à la déclaration de plusieurs cas de Covid au sein des personnels municipaux, la ville de Périgueux a organisé une journée de dépistage. Il en résulte six cas positifs sur les 105 tests pratiqués, qui s'ajoutent aux huit cas détectés précédemment. Les 14 agents testés positivement sont en arrêt de travail pour une durée de sept jours et le recensement des cas contacts est en cours. Aucun agent concerné n'occupe de fonction en contact direct et quotidien avec le public.

  • 19/09/20 | Le Grand marché Bio du Bourgailh se tiendra dimanche

    Lire

    L’association Écosite du Bourgailh valorise l’agriculture biologique lors d’un grand marché bio festif au coeur de la Forêt du Bourgailh. Une vingtaine de producteurs biologiques proposeront ce 20 septembre une offre de produits variés (fruits et légumes, viandes, épicerie, vins et bières...). Certains produits pourront être dégustés sur place lors d’un repas en plein air. Cette 4ème édition se tiendra dans le respect du protocole sanitaire lié au Covid 19 : port du masque obligatoire pour les plus de 11 ans, restauration sur place assise, respect de la distanciation physique.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | L’Atelier Remuménage : quand la logistique solidaire est plus que jamais nécessaire

14/04/2020 | Des actions exceptionnelles sont mises en place par l'Atelier Remuménage pour aider les personnes les plus touchées par la crise sanitaire actuelle.

Atelier Remuménage

Alors que la période de confinement liée à l’épidémie de Covid-19 se prolonge, L’Atelier Remuménage, qui place depuis toujours la solidarité au cœur de son action, pousse son engagement social à son paroxysme. A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. Déménagement en urgence, livraisons aux personnes vulnérables, livraison de matériel pour travailler, livraisons de produits alimentaires locaux… L’Atelier Remuménage a su se réinventer et créer une synergie d’inclusion sociale en ces temps perturbés.

Déménagements, livraisons et courses 

L’Atelier Remuménage est une association qui a été fondée à Libourne en 2001. Aujourd’hui implantée à Bordeaux dans le quartier Saint Michel, les activités de l’Atelier Rémuménage tournent autour de la logistique. Pendant cette période de confinement, les déménagements « classiques » sont pour tout le monde suspendus. Une interdiction qui a poussé l’association à réfléchir pour pouvoir s’adapter à de nouvelles consignes et surtout, à de nouveaux besoins. « Les déménagements urgents sont maintenus notamment pour les personnes victimes de violences conjugales, explique Wiame Benyachou, directrice de l’association. Les déménagements pour les personnes victimes de violences est un service proposé par l’Atelier Remuménage depuis plusieurs années. Mais en cette période, il y en a de plus en plus de besoins dans ce sens ». Les appels sont, malheureusement, très nombreux pour ce type de service pendant la période de confinement. Beaucoup sautent le pas, d’autres se renseignent. L’Atelier Remuménage fait aussi l’interface avec des associations qui accompagnent les personnes victimes de violences. En temps normal, l’association fait ce type de déménagement entre 20 à 40 fois dans l’année. Depuis le 18 mars, 10 déménagements pour cause de violences ont eu lieu dans le secteur bordelais. Ce chiffre est particulièrement impressionnant et révélateur de l’augmentation des violences conjugales en ce moment.Atelier Remuménage

 

« Concernant les livraisons, nous travaillions déjà sur les circuits courts avec notamment Drive Fermier depuis plus de 3 ans » confie Wiame Benyachou. Face aux mesures de confinement, l’association doit s’adapter car le volume des livraisons a véritablement augmenté. L’Atelier Remuménage couvre également aujourd’hui un territoire un peu plus large (les alentours de Bordeaux-Centre). Le service de livraisons s’est progressivement ouvert à d’autres drives et d’autres fermes : le domaine d’Ecoline, Mon Local à Lormont, La Ruche qui dit Oui… Le but premier pour l’association est d’adapter ses enjeux de circuits courts et de favoriser l’agriculture locale, qui en a plus que besoin ces derniers temps. Les livraisons sont faites à domicile et c’est ce genre de chaine logistique qui apparaît comme indispensable dans des moments de crise comme celui-ci.

Atelier Remuménage

La collecte des invendus alimentaires continue aussi en partenariat avec la start-up Phenix et le CCAS (Centre Communal d'Action Sociale) de Bordeaux. La directrice de l’association dévoile quels ont été les changements : « nous avons redirigé la redistribution aux associations caritatives qui ont des permanences et qui doivent proposer des denrées alimentaires. L’Atelier Remuménage s’est aussi proposé pour aller faire les courses pour les personnes vulnérables (personnes âgées, malades ou familles monoparentales) et les livrer ensuite. ».  A ce jour, 150 personnes ont bénéficié de ce genre de livraison. Certaines personnes âgées ne peuvent pas utiliser les drives sur Internet, ne peuvent plus bouger ou sont fragiles par rapport au virus... L’association a donc très vite été volontaire auprès des centres d’action sociale pour proposer cette solution. « C’est aussi important, car, par moment on est leur seul lien social, explique Wiame Benyachou.Pour certaines personnes, la question alimentaire est indispensable pour continuer le cours de la vie. »  Jeudi 9 avril, par exemple, un EHPAD a été livré en sucreries et chocolats pour « montrer que la vie continue ». Egalement, de plus en plus de personnes atteintes du COVID-19, et qui ne sont pas forcément référencées dans des centres d’aide, font appel à l’Atelier Remuménage pour leurs services de courses et de livraisons.

L’Atelier Remuménage a aussi dû s’adapter à un nouveau type de demande, inédite jusqu’à présent. De nombreuses entreprises font appel à l’association pour livrer à leurs employés des ramettes de papier ou des cartouches d’encre. Une démarche qui s’inscrit, selon la directrice, tout autant dans une logique de solidarité. Le télétravail est aussi une situation qui peut poser problème à certains employés et ce type de livraison peut se révéler particulièrement utile.

Un maillage de solidarité pour aujourd’hui et demain

Les équipes sont protégées. Grâce à Bordeaux Mécènes Solidaires, l’Atelier a réussi à avoir des masques pour tous les livreurs. L’Atelier a aussi reçu un don de la Maison Meneau, en gel hydro alcoolique. L’association a reçu une aide financière de la part de Bordeaux Mécènes Solidaires et de la Ville de Bordeaux, d’un montant de 10 000 euros. « Il y a une vraie solidarité en amont pour que l’Atelier puisse développer, maintenir et adapter ses activités au contexte actuel », confie la directrice. Une grande entraide s’est mise en place. L’Atelier Remuménage n’hésite pas non plus à aider d’autres organismes comme le comité « Bienvenue » à Bordeaux qui accueille des réfugiés, en leur prêtant des véhicules.

L’association compte 47 salariés à ce jour. Aujourd’hui, une dizaine de salariés travaille tous les jours (sauf les dimanches). Le modèle économique est basé sur de nombreux services gratuits donc tous les salariés ne pouvaient pas être mobilisés en cette période particulière. L’équipe se compose donc de 10 volontaires, particulièrement motivés. Il y a dans cette entreprise des permanents et des salariés en parcours d’insertion (réfugiés, jeunes déscolarisés, personnes sorties du système carcéral). Ces derniers rendent la solidarité dont ils ont pu bénéficier un jour au cours de leurs parcours. Un raisonnement simple mas beau : « on m’a aidé avant, j’aide aujourd’hui ». D’après Wiame Benyachou, c’est aussi cela un modèle de société inclusive. « On a tous besoin les uns des autres », souffle t-elle.

Atelier Remuménage 

La directrice de l’association commence déjà à tirer des leçons de cette crise sanitaire et humanitaire. Selon elle, un nouveau modèle de société est possible. L’Atelier Remuménage existe d’ailleurs pour développer et prôner l’inclusion sociale, l’écologie, et les enjeux de territoires et localités. La crise met en question en effet la façon d’approvisionner les territoires. L’Atelier Remuménage, lui, croit en ce modèle collaboratif, solidaire et local mis en place pendant cette période délicate. « Il faut, à l’avenir, créer une chaine de solidarité globale qui puisse faire société et mettre en avant le pouvoir d’agir. Des synergies fortes et efficaces peuvent tout aussi bien se créer hors confinement », explique Wiame Benyachou. 

Lucile Bonnin
Par Lucile Bonnin

Crédit Photo : Atelier Remuménage

Partager sur Facebook
Vu par vous
9300
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires