Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

29/05/20 : Municipales : A Melle (79), la liste menée par Sarah Klingler ayant obtenu la majorité absolue (28 voix) au premier tour, le conseil a été installé hier, avec 9 postes d'adjoints créés, avec Jérôme Texier et Favienne Manguy comme 1er et 2e adjoints.

27/05/20 : Les 11 Clowns Stéthoscopes organisent une "déambulade festive" aux fenêtres des patients qu’ils ont l’habitude de côtoyer au CHU de Bordeaux à l'Hôpital des enfants afin de renouer le lien physique rompu par le confinement, le 29 mai dès 15h00.

26/05/20 : Le Conseil municipal de Libourne a réélu à sa tête Philippe Buisson. Laurence Rouède se voit confier la délégation de 1ere adjointe, déléguée à la coordination des activités municipales, aux ressources humaines, à l’urbanisme et au foncier.

25/05/20 : Le secrétaire d'État en charge du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, a assuré que l'exécutif réfléchissait à un "élargissement significatif" de la limite de déplacement (100 km autour du domicile), qui pourrait entrer en vigueur la semaine prochaine.

25/05/20 : Les hospitaliers du CHU Pellegrin à Bordeaux sont en grève illimitée depuis le 22 mai sur préavis de SUD Santé. Un rassemblement de soutien est organisé le 26 mai devant l'hôpital.

22/05/20 : Dans le cadre de la célébration de la Journée Mondiale des Oiseaux Migrateurs, les 24 et 31 mai 2020 à Vitrezay, BioSphère Environnement propose 2 sorties de découverte des oiseaux des marais de Gironde, de 8h30 à 10h30. Réservations: 05 46 49 89 89.

19/05/20 : Allant dans le sens de la déclaration du Premier Ministre ce matin, le préfet des Pyrénées Atlantiques Eric Spitz déclare que les Bordelais et les Toulousains en zone verte pourraient venir en vacances en juillet et août dans les Pyrénées Atlantiques

18/05/20 : L’incertitude de l’évolution sanitaire, et l’impossibilité de mettre en œuvre les mesures barrières, entrainent l’annulation de l’opération de sensibilisation des jeunes à la nage, Objectif Nage, pour l’été 2020, annonce le Département de la Gironde.

15/05/20 : Initialement prévu le samedi 12 septembre prochain, la 36ème édition du marathon des Châteaux du Médoc est reportée au samedi 11 septembre 2021.

14/05/20 : L'activité partielle pour les entreprises du tourisme et de l'évènementiel sera maintenue jusqu'à fin 2020 et que l'accès au fonds de solidarité est prolongé jusqu'à fin septembre. En revanche, pas de baisse prévue pour la TVA.

12/05/20 : La Compagnie aérienne Chalair annonce la reprise progressive de ses vols entre Bordeaux, Brest et Montpellier. Au rythme de 2 vols hebdomadaires, rdv le 8 juin, pour la reprise des liaisons Bordeaux-Brest puis le 15 juin, pour Bordeaux-Montpellier

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 02/06/20 | Covid-19: Dépistage gratuit pour les habitants de la CDC Landes d'Armagnac

    Lire

    L’Agence régionale de santé propose des dépistages gratuit au Covid-19 sur plusieurs territoires ciblés de Nouvelle-Aquitaine pour faciliter l’accès aux tests et casser les chaines de transmission du virus en Nouvelle-Aquitaine. 5 opérations sont déjà programmées. Dans les Landes, du 2 au 11 juin, rendez-vous est donné aux habitants de la Communauté de Communes des Landes d'Armagnac, au sein des maisons de santé de Roquefort et de Gabarret.

  • 02/06/20 | Municipales à Mérignac : Alain Anziani et Sylvie Cassou-Schotte font liste commune

    Lire

    Alain Anziani, maire de Mérignac, arrivé en tête du 1er tour de l'élection municipale avec 42,3 % des suffrages et Sylvie Cassou-Schotte, dont la liste EELV avait obtenu 17,7% des voix, s'entendent sur un accord programmatique et de gestion. 8 membres de la liste EELV rejoignent ainsi la liste d’Alain Anziani avec Sylvie Cassou-Schotte en numéro 2. Deux d’entre eux figureront sur la liste des candidats à la Métropole.

  • 02/06/20 | Municipales à Pau: une seule liste d'opposition face à François Bayrou

    Lire

    Jérôme Marbot (Pau Rassemblé), Jean-François Blanco (Pau Arc-en-Ciel) et Patrice Bartoloméo (collectif Pau Citoyenne, Sociale et Écologique), les 3 têtes des listes de gauche du 1er tour de l'élection municipale à Pau (et dont les 2 premières étaient en lice pour le 2nd tour) ont profité du long week-end de Pentecôte pour s'accorder sur des points de convergences. Objectif réussi : c'est une liste d'union de gauche qui fera face à la liste de François Bayrou le 28 juin prochain.

  • 02/06/20 | Rochefort rouvre son musée

    Lire

    Le musée Hèbre rouvre mardi 2 juin. Outre les collections permanentes, les visiteurs peuvent découvrir l'exposition « Le Jardin d'Adraï », du photographe Stephan Thiéblemont, prolongée jusqu'au 20 septembre. Des visites individuelles seront proposées à partir du 15 juin, limitées à 9 participants et sur réservation (05.46.82.91.60). Les outils interactifs du CIAP, les audioguides et la visite de la maison Loti en 3D ne sont pas accessibles pour le moment. Horaires habituels, du mardi au samedi.

  • 02/06/20 | En Dordogne, réouverture de la chasse de manière dérogatoire

    Lire

    Lors de son point presse hebdomadaire, le préfet de la Dordogne a annoncé la réouverture de la chasse à compter du lundi 1er juin. Elle se pratiquera de manière individuelle et il n'est pas question de battues, a précisé Frédéric Périssat. Elle concernera les sangliers et les cervidés qui sont en surpopulation et qui occasionnent des dégâts dans les cultures. "Il s'agit d'espèces dont nous avons un besoin de régulation", a ajouté le préfet.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Limoges Métropole va engager une étude sur un tarif unique de l’eau

11/03/2020 |

A la retenue de Beaune-les-mines, au nord de Limoges, des travaux chiffrés à un demi million d’euro vont être entrepris cette année.

Depuis janvier 2019, la Communauté Urbaine Limoges Métropole est compétente en matière de gestion de l’eau sur les vingt communes qui la composent de même que pour l’assainissement.Si les usagers ne voient aucune différence, cette compétence nouvelle oblige l’établissement public à engager une réflexion en vue d’harmoniser les tarifs qui varient en fonction des gestionnaires puisqu’ils sont trois à l’échelle de l’agglomération à savoir le Syndicat des eaux de Vienne Briance Gorre, le Syndicat intercommunal d'alimentation en eau potable des Allois et le service d’eau communautaire de Limoges Métropole.

Chaque année, plus de 10 millions de mètres cubes d’eau sont distribués aux habitants et entreprises des vingt communes de Limoges Métropole soit 208.705 personnes raccordées à 65.594 branchements. Depuis le 1er janvier 2019, l’établissement public gère la totalité du circuit de l’eau, du captage jusqu’au traitement des eaux usées, un regroupement qui permet de garantir la qualité de l’eau potable.

Avant ce transfert de compétence, la distribution de l'eau potable dans les neuf communes de Bonnac-la-Côte, Chaptelat, Couzeix, Le Palais-sur-Vienne, Limoges, Rilhac-Rancon, Saint-Gence, Peyrilhac et Veyrac était confiée à des régies municipales, désormais regroupées au sein d’un seul service d'eau géré par la Communauté Urbaine. La situation reste échangée à Boisseuil, Condat, Feytiat, Isle, Le Vigen, Panazol, Saint-Just-le-Martel, Solignac, Verneuil, communes gérées par le Syndicat des eaux de Vienne Briance Gorre . A Aureil et Eyjeaux, le Syndicat intercommunal d'alimentation en eau potable des Allois gère toujours la distribution. « Pour les usagers, il n’y a eu aucun changement constate Rémy Viroulaud, vice-président en charge de l’eau, en mutualisant les services d'eau et d'assainissement, Limoges Métropole répond plus facilement aux exigences techniques, sanitaires et environnementales. Ces deux services requièrent des connaissances et des moyens similaires. Cette mutualisation permet de réaliser des économies d'échelle et de gagner en rapidité lors des interventions. Maîtriser l'ensemble de la chaîne répond aussi à une démarche éco-responsable; via des analyses régulièrement menées, Limoges Métropole assure un respect sanitaire et écologique du traitement de l'eau. »

Rémy Viroulaud évoque les travaux prévus sur le réseau d’eau potable géré par Limoges Métropole.

 Une étude pour homogénéiser les tarifs

Malgré tout, les habitants ne paient pas tous le même tarif qu’ils dépendent d’un gestionnaire privé ou public. En moyenne, le prix du mètre cube oscille autour de deux euros, mais si les écarts sont limités, ils varient de près de cinquante centimes entre Limoges, commune la moins chère qui facture 1,74€ TTC le m3 et Chaptelat, la plus chère, où le mètre cube grimpe à 2,22 €. Autre différence de taille, les habitants de Limoges ne payent pas d’abonnement, ce qui n’est pas des autres communes sous gestion communautaire. « Nous avons effectivement mené une étude l’an dernier pour savoir s’il y avait des disparités de tarifs sur ces trois gestionnaires précise l’élu, il n’y a pas d’écarts colossaux sur les vingt communes bien qu’ils soient plus conséquents sur les communes en gestion publique. Une étude portant sur le périmètre complet de la communauté urbaine sera lancée cette année pour savoir s’il y a possibilité d’homogénéiser les tarifs, cela pourrait se faire sur dix à quinze ans. » La situation était comparable pour l’assainissement lors de la création de l’agglomération qui regroupait alors dix-sept communes, un tarif homogène a été mis en place entre 2007 et 2013. « La décision finale appartiendra aux élus mais une règle de gouvernance prévaut, il faut que les vingt communes soient d’accord, ou peut-être les neuf concernées dans ce cas, pour que le vote soit entériné signale le vice-président. Limoges pourrait alors être légèrement perdante, il s’agit d’une étude de faisabilité dont le retour est attendu l’an prochain. Aujourd’hui, je ne connais pas la volonté des élus qui ne seront pas les mêmes après les élections. » Ces différences de tarifs s’expliquent par la longueur des réseaux, plus longs pour desservir les zones rurales, les frais de distribution varient donc d’une commue à une autre. Toutefois, Limoges se classe cinquième au niveau national pour son tarif de l’eau, l’une des moins chères de l’Hexagone. Le mètre cube a augmenté de 1,2 % l’an dernier.

Des travaux importants

Des travaux ont été menés pour moderniser la station de production d’eau potable de La Bastide, en service au nord de Limoges depuis 1967, avec dix millions d’euros investis entre 2015 et 2018, comprenant le remplacement de dix filtres à sable (3M€) afin de traiter un volume supérieur et l’achat d’un réacteur UV pour compléter le traitement bactériologique (1 M€) en cas de pompage dans la Vienne. Situé à Saint-Léger-la-Montagne, le barrage du Mazeaud qui alimente Limoges, huit communes autour et les habitants de Saint-Junien et Rochechouart (1,8 millions de m³ consommés par an pour ces deux communes) a été vidangé en 2016 pour refaire le parement amont (850.000 €). Cette année, 6,6 millions sont consacrés aux travaux. « A la station de la Bastide, le chantier de modernisation se poursuit tandis que nous investissons 1,8 million pour rénover une partie des réseaux de distribution anciens en centre-ville de Limoges et un million pour les autres communes », précise-t-il. Autre chantier d’envergure, l’une des deux retenues de Beaune-les-Mines est en cours de vidange pour des opérations de curage et sur les vannes notamment, un chantier d’un demi million d’euros.

Préserver la ressource

Face aux épisodes répétés de sécheresse, la pluviométrie est surveillée de près puisque les cinq retenues d’eau qui desservent l’agglomération sont alimentées uniquement par des eaux pluviales. L’an dernier, le déficit s’élevait à 14 % jusqu’au 20 septembre au barrage du Mazeaud par exemple, le record étant de moins 38 % en 2011. « Il faut oublier le mot abondance, apprendre à être économe et rester prudent quant à notre ressource assure l’élu mais nous ne sommes pas en manque d’eau. Nous constatons une baisse de 1 à 1,5 % de la consommation par an grâce à une prise de conscience environnementale des usagers et aux progrès techniques grâce à des équipements qui consomment moins comme les machines à laver. » Enfin, le rendement c’est-à-dire le ratio entre la quantité d’eau produite et celle facturée atteint 88 % à Limoges, soit 10,5 millions de m³ facturés pour 12 millions produits. « C’est un excellent résultat qui peut encore être amélioré, nous renouvelons chaque année entre 7 et 11 km de réseaux pour éviter les fuites » conclut-il.

Un appel à projet numérique

Par ailleurs, Limoges Métropole a lancé, l’an dernier, un appel à projets sur le cycle urbain de l'eau concernant deux axes, les relations avec l'usager et la gestion des réseaux grâce à des solutions numériques. « L’objectif est d'accompagner des expérimentations de solutions innovantes dans le domaine du numérique mais aussi de valoriser les technologies et usages de demain précise Gaston Chassain, vice-président en charge de, l’économie, nous pourrons ainsi intégrer tout le potentiel d’innovation de notre écosystème avec l’ambition de mettre en place, à Limoges, un véritable terrain d’expérimentation sur le cycle urbain de l’eau pour faire émerger de nouveaux usages et de nouveaux services pour les usagers. »

Trois start-up locales spécialisées dans la gestion des réseaux ont répondu à cet appel à projet, la décision sera entérinée au printemps avec un ou deux candidats retenus.

Le digital pourrait être ainsi utilisé dans différents domaines notamment la modélisation hydraulique pour simuler le fonctionnement du réseau et et appréhender son comportement qualitatif et quantitatif afin d’améliorer le réseau en installant des équipements tels que compteurs de pression, compteurs communicants pour faciliter les relevés et de pré – localisateurs acoustiques. « Pour détecter les fuites d’eau, le syndicat Vienne Briance Gorre installe en ce moment 40 intellisondes ce qui permet de mesurer le débit en permanence. Grâce au digital, on pourra améliorer le programme de renouvellement du réseau en modélisant le réseau et en établissant un historique par canalisations pour connaître son âge, la date des fuites, le type de matériau et de sol, etc... ces données permettant de faire du prédictif sur une éventuelle casse pour gagner en temps et en confort pour le client ». Les installations de production et de stockage de l’eau pourrait également être équipées de détecteurs anti-intrusion pour garantir la sécurité des usagers.

Corinne Merigaud
Par Corinne Merigaud

Crédit Photo : Corinne Mérigaud

Partager sur Facebook
Vu par vous
2669
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 4 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !