Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

10/08/20 : La ministre de l'Ecologie et de la transition écologique Barbara Pompili se rendra à Anglet, suite à l'incendie de la Forêt de Chiberta ce mercredi. A cette occasion, elle rencontrera les élus et associera l'Etat à un nouveau plan de reboisement

07/08/20 : Suite au décret du 30 juillet dernier, le préfet des Pyrénées-Atlantiques a décidé de rendre obligatoire le port du masque dans l'espace public dans les communes de Bidart, Espelette, Guéthary et Saint-Jean-Pied-de-Port.

05/08/20 : Dès aujourd'hui, le port du masque est obligatoire dans les secteurs piétonniers d'Hossegor.

05/08/20 : Jean-Baptiste Irigoyen, le maire de Saint-Jean-Luz a fait savoir en début de soirée que sa ville rejoignait le club des villes du littoral basque exigeant le port du masque dans le centre-ville et notamment la rue piétonne Gambetta hyper fréquentée

04/08/20 : A compter du 05 août et jusqu'à nouvel ordre, le département de la Gironde et du Lot-et-Garonne sont placés en vigilance orange pour le risque "feux de forêt". Le département des Landes a cette vigilance depuis le 29 juillet dernier.

30/07/20 : 600 millions d'euros, c'est l'enveloppe annoncée par le premier ministre au président des Régions de France Renaud Muselier dans le cadre d'un "accord de méthode" signé à Matignon pour préserver leur capacité d'investissements après la crise du Covid

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 10/08/20 | Charente-Maritime : situation critique pour les cours d'eau

    Lire

    En Charente-Maritime, la baisse des cours d'eau s'aggrave inexorablement depuis fin juillet. La préfecture a pris des mesures de limitation provisoires des usages agricoles de l'eau, jusqu'au 31 octobre. Il est interdit d'irriguer les week-ends sur les bassins Antenne-Rouzille, Boutonne, Seudre, Seugne, Charente aval et Bruant; limité la semaine à 7% du volume estival habituel. Au niveau des marais de Rochefort, les prélèvements sont interdits entre 10h et 19h, et limité à 7% le reste du temps.

  • 10/08/20 | La Ville de Bordeaux aide Beyrouth

    Lire

    La Ville de Bordeaux vient de décider d’abonder de 20 000 € le fonds d’urgence débloqué par Bordeaux Métropole pour venir en aide au Liban suite à la catastrophe à laquelle il doit faire face. Dans un communiqué, le maire, Pierre Hurmic « adresse au nom des Bordelaises et Bordelais, tous nos vœux de courage et d’espérance à Beyrouth et à ses habitants, ainsi qu’à la communauté libanaise vivant à Bordeaux .»

  • 10/08/20 | Le Théâtre Caballicare pose un sabot à la Gaubertière

    Lire

    Sabrina Lepienne et sa troupe seront au rendez-vous avec un nouveau spectacle équestre sur le site de la Gaubertière dans les Deux-Sèvres : Centauresque II. A cheval ou à pieds, cette troupe exceptionnelle présentera du 14 août au 12 septembre 2020 une création authentique et intimiste. Les réservations et informations pratiques sont à faire sur le site de la troupe artistique !

  • 10/08/20 | Le Bal des Cèdes en streaming

    Lire

    Les 15 et 16 août prochains, la 1ère édition du festival de musique Le Bal des Cèdes va se tenir à Bègles. Compte-tenu de la crise sanitaire, ce festival, dont la programmation artistique est riche et diversifiée, aura lieu en streaming sur la page YouTube du festival ou en Facebook live. Les organisateurs, souhaitant oeuvrer pour plus de solidarité, ont choisi de reverser tous les bénéfices de cet évènement à Plan International. La collecte de dons se fait sur la plateforme Tipeee. Pour suivre les lives

  • 09/08/20 | Un cluster de Covid à Idaux-Mendy en Soule

    Lire

    L’ARS Nouvelle-Aquitaine signale l’existence d’un cluster à Idaux-Mendy (64); Il s’est formé lors d’un stage organisé par une association toulousaine fin juillet dans un gîte de la commune. Un premier cas positif a été détecté au retour à Toulouse le 31 juillet chez un enfant symptomatique, puis chez un deuxième enfant le lendemain. Tous deux avaient participé au même séjour à Idaux-Mendy. Au total, 6 enfants et 1 éducateur ont été contaminés. Le cluster est géré par l’ARS Occitanie en lien avec Nouvelle-Aquitaine, afin d’établir un traçage efficace.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | L’histoire de la K7 à Poitiers : une association qui veut tisser des liens

17/06/2020 | La K7 est composée de 2 bâtiments sur 4500m2 de terrain. Sa vocation : l'échange, le partage, la convivialité, le développement durable et le divertissement.

La K7

C’est une petite histoire avec de grandes ambitions. Depuis 2016, La K7 a pour vocation d'abriter différents espaces dédiés à l'échange, la convivialité, le développement durable et le divertissement. Proche de l'esprit des tiers-lieux, ce type d’endroit semble de plus en plus indispensable dans une société bouleversée par la crise liée au Covid-19. Témoignage d’une envie de bien faire, mais de faire autrement, la structure poitevine est une représentation intéressante de ces lieux qui prônent le collectif et l’innovation.

L’aventure a commencé par le rachat, par deux particuliers, d’une friche industrielle qui était pendant des années une boite de nuit. « Nous avons racheté le site qui était inhabité depuis quatre années en 2016 », explique Aurélia Roccia, la propriétaire. Nous avions un projet culturel en tête et finalement, après les travaux, des personnes extérieures sont venues nous aider et nos envies ont évolué ». Un espace pluriel qui puisse accueillir tous types de personnes a donc très vite été imaginé. La particularité de la K7 réside dans sa capacité de réunir des activités qui, habituellement, ne se croisent pas. « C’est une façon de mixer un peu les genres », insiste Aurélia.

Lieu d'expression et d'expérimentation, la K7 est un site polymorphe qui s'étend sur 4500m2 de terrain arboré en bord de Boivre, à Poitiers. Ce havre de paix se compose d'un atelier artisan d’art et lowtech (ensemble de techniques simples, pratiques, économiques et populaires), de jardins partagés en permaculture qui sont sortis de terre en 2017 et de la Kbane, salle de 70m2 proposée à la location. Les ateliers peuvent aller du cours de yoga à l’accueil de familles pour faire des anniversaires par exemple. Les évènements organisés sur ce lieu mixte sont privés ou publics. Le plus grand bâtiment aura vocation à devenir, comme prévu initiatialement, un espace 100% culturel avec un espace d’arts associatifs, un coin cabaret et une salle de spectacle.

Les propriétaires de la K7 proposent des tarifs extrêmement raisonnables. La structure associative de l’organisation gère une partie des évènements mais, comme le rappelle la gérante, « l’objectif est de rendre accessibles des espaces hybrides à des personnes qui débutent leurs activités ». Les tarifs pratiqués sont bas, de manière à ce que certaines entreprises qui débutent puissent venir tester leur activité dans ce lieu ouvert. « La première année, une entreprise de brasserie nous a rejoint et est restée plusieurs années, par exemple, et elle a aujourd’hui pu ouvrir sa propre brasserie : la manufacture de bières à Poitiers. Notre accueil leur a permis de pouvoir développer plus facilement leur activité par la suite », explique Aurélia. Concernant le jardin partagé, il est ouvert à toutes et tous. « Avant la crise, l’association accueillait un groupe d’un IME (institut médico-éducatif), où des jeunes découvraient le milieu extérieur et les adhérents venaient aussi régulièrement cultiver la terre et réfléchir à de nouveaux agencements », indique t-elle.

La K7 : un endroit nécessaire pour créer du lien

Cette envie de créer un lieu de partage a très vite été associée au concept de « tiers-lieu ». La Région Nouvelle-Aquitaine joue d’ailleurs un rôle de leader au plan national au regard de sa politique volontariste en matière de tiers lieux. La Région s’est fixée comme objectif 300 tiers-lieux d’ici 2021, répartis sur l’ensemble des territoires urbains, péri-urbains et ruraux. L’intérêt de la K7, comme pour de nombreux tiers-lieux néoaquitains, est de développer des interactions diverses entre les différentes personnes qui viennent quotidiennement ou plus rarement. « C’est l’un des rares lieu où cela peut se produire car généralement lorsque l’on travaille c’est dans une entreprise, si vous faites du yoga vous êtes dans une salle : les activités se retrouvent rarement au même endroit », explique la gérante poitevine. Telle est la richesse de ces lieux particuliers. « En Nouvelle-Aquitaine, il y a un maillage extrêmement important de tiers lieux. Nous sommes tous dans une même dynamique : créer du lien et du partage », affirme Aurélia.

Les thématiques peuvent différer : nouvelles technologies, écologie, culture et arts, sciences… Ces nouvelles valeurs de développement durable et de qualité de vie correspondent parfaitement au schéma de ce que beaucoup appellent « le nouveau monde post-Covid-19 ». Ce genre de lieu a un goût différent après l’isolement qu’on pu connaître de nombreuses personnes suite au confinement. C’est un lieu qui a du sens, qui prouve son importance grâce à son essence.
Pour sa part, la K7 a été désertée suite à l’annonce du confinement. L’atelier aurait pu continué de fonctionner avec la présence d’Eclowtech, mais malheureusement la location de douches solaires pour les festivals n’avait plus trop de sens économiquement parlant durant cette période. Mais le lieu a pu être repensé grâce aux propriétaires qui ont pu commencer des travaux de réaménagement. « Les gens reviennent à la K7 mais le retour n’est pas aussi radical que l’on pourrait l’imaginer, confie la propriétaire. Les gens sont tout de même ancrés dans un système dont il est difficile de sortir. Les réflexions sur de nouveaux modes de vie ont émergé pendant le confinement, mais le rythme a repris et l'oubli des bonnes résolutions également... »

Lucile Bonnin
Par Lucile Bonnin

Crédit Photo : La K7

Partager sur Facebook
Vu par vous
3571
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 12 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !